3 minutes de lecture

Que(ue) c'est bon !

"Que tu es beau !"

Tu te tiens là, debout devant moi, entièrement nu, exhibant ton sexe offert à ma vue tout en me regardant avec un air de défi.

Tu n'es pas encore en complète érection, mais on devine déjà ton envie dans tes yeux, et si on laisse notre regard dériver vicieusement sur ton intimité, on peut voir clairement les légers sursauts de ton excitation qui font grossir lentement ta verge et qui la fait tressaillir et se dresser fièrement, presque outrageusement.

Il est si aisé de flatter ce beau morceau de chair qui gonfle si facilement, soit à l'aide d'une pensée ou d'une vision savoureuse, ou encore par un effleurement malencontreux…

Avec une lueur de vice dans ton regard, tu laisses alors ta main descendre le long de ton ventre et tu saisis fermement l'objet de ma convoitise.

Tu te caresses doucement devant moi, laissant ta main aller et venir lentement sur toute la longueur de ce membre si viril qui me donne terriblement envie.

Mon regard ne lâche pas cette gourmandise qui ne demande qu'à être bien traitée. Si je pouvais, je la lécherais, je la sucerais, je l'aspirerais doucement, comme si je voulais la déguster comme on dégusterait une glace savoureuse.

Je la prendrais en main délicatement et lui prodiguerais alors les meilleurs soins…

Je me surprends à constater que je me mords la lèvre alors que je sens que mon jus commence à couler entre mes cuisses. Je suis plus trempée que jamais.

Je n'en peux plus, je te veux en moi ! Maintenant ! Mon corps tout entier te réclame. Je suis là, devant toi, pantelante, offerte, n'attendant que ton bon vouloir. Je veux que tu me prennes, doucement, sauvagement. Que tu te serves de moi pour assouvir tes instincts les plus primaires. Je souhaite que tu deviennes animal.

Tu t'avances vers moi en me fixant de ton regard si pénétrant, si déstabilisant. Çà me trouble toujours autant. Je ne peux, pour toute réponse censée, que reculer lentement vers le lit qui se trouve juste derrière moi. Tu t'approches tel un félin ayant cerné sa proie et sur le point de lui sauter dessus afin de la dévorer.

Enfin, tu tends tes bras vers moi et tu m'attires brusquement à toi. J'en laisse échapper un « Oh ! » de surprise. Je suis haletante, je n'en peux plus, je te veux !

Tu l'as parfaitement compris, c'est ce que tu attendais de moi. Tu aimes en jouer, çà te rend puissant.

C'est alors que tu décides à mettre fin à mon attente. Tu me couche sur le lit et tu t'allonges sur moi, me laissant sentir le poids de ton corps sur le mien. Tu prends appui sur ton avant-bras afin de ne pas m'écraser. Tu m'embrasses chastement sur la bouche. Puis derrière l'oreille. Tu descends lentement le long de mon cou et tu viens titiller du bout de ta langue mes tétons qui pointent d'excitation.

Je te veux ! Je te supplie ! Tu me regarde et tu me lance un sourire des plus coquins.

Tu prends alors ta queue maintenant bien bandée dans ta main mais tu veux encore jouer avec moi.

Tu me rends folle lorsque tu taquines mes lèvres intimes avec ton gland si majestueux et que tu fais mine de vouloir rentrer alors que tu n'en fais rien, car tu aimes me faire languir afin que je te supplie.

A la place, tu te contentes de laisser glisser ta belle queue entre mes jambes, tu la laisse venir caresser mes lèvres qui s'ouvrent toutes seules, et tu viens titiller mon clitoris qui est tellement sensible qu'il me provoque d'infimes décharges dans la moindre parcelle de mon corps brûlant de désir. Puis tu recommences, plusieurs fois. Je me tortille pour te faire comprendre que je n'en peux plus.

Tu abrèges enfin mes souffrances et tu places ton gland juste au bord de l'entrée de ma chatte qui ne demande que çà !

Enfin tu me pénètres, lentement, de ton membre si chaud et si dur, tel de la pierre, me permettant de savourer chaque millimètre de ta superbe érection, maintenant totale, qui m'écarte les chairs.

Oh, que c'est bon ! Je laisse échapper involontairement un soupir de satisfaction, je savoure cette intrusion Ô combien divine et délectable.

Puis tu te laisses aller doucement à ton plaisir en me donnant ces coups de reins si savamment dosés que toi seul sait me donner. Tu adaptes ton rythme sur mes gémissements, je veux t'accompagner dans tes mouvements mais j'en perds le fil tellement çà me rend folle. Je m'abandonne totalement et je te laisse donc me baiser comme tu le désires, tu ne te retiens plus. Tes coups de boutoir sont si puissants qu'on peut entendre le bruit de tes cuisses qui claquent contre mes fesses.

Je sais que le plaisir monte en toi et que bientôt il aura raison de ton endurance. Je veux que tu me donne tout, je veux que tu lâches prise et qu'enfin tu laisses éclater ta jouissance en moi. Que je sente ton sperme chaud m'envahir au plus profond de moi. Que je ressente chaque soubresaut de ta queue qui se déverse dans cette chatte si accueillante, si chaude et si dégoulinante de plaisir.

Que j'entende tes gémissements devenir des grognements. Et qu'enfin tu exploses dans un orgasme libérateur qui laisse à bout de souffle et de forces. Celui qui fait voir mille étoiles. Qui nous laisse un moment flotter dans les airs avant de reprendre conscience du monde qui nous entoure.

Mon blog : http://photosetplumecoquinedemma.blogspot.fr/