4 minutes de lecture

Rencontre au bord de l'eau

Florence avait 19 ans. Elle était en vacances dans la maison secondaire d’une de ses amies, Lisa, en bord de mer, du côté de Lacanau. Elles étaient 5, rencontrées sur les bancs de la fac. Les partiels étaient finis, l’été était là. Et les jeunes femmes en profitaient bien, à enchaîner les soirées dans la maison. Les premiers invités arrivèrent vers 22h pour le tournoi de Poker.

Le regard de Florence fut attiré par un groupe de 3 jeunes hommes. L’un particulièrement lui plu énormément. Plutôt grand et musclé, châtain avec de jolis yeux bleus. Elle vit au regard de ses amies qu’il leur plaisait à toute. Très timide, elle n’osa pas l’aborder. Elle n’entendit que son prénom, Luc. La vingtaine de jeunes se repartit pour commencer le tournoi. Tequila, Vodka et Rhum, les bouteilles se vidaient les uns après les autres, l'ambiance de la soirée montait. Florence perdit assez vite et partie se mettre un peu à l’écart, sur la balancelle. Elle les regardait jouer, les entendait rire. Elle distingua une silhouette se détacher du groupe et venir la rejoindre. Elle distingua Luc. Il était encore plus charmant que tout à l'heure. Un sourire ravageur et un certain sens de l’humour, Florence se sentit de plus en plus sous son charme. Luc, lui, la trouvait pétillante, avec ses yeux noisettes et sa joie de vivre. Il était clair qu’ils se plaisaient. Profitant du froid qui s’installait, Luc se rapprocha de Florence et en profita pour l’embrasser.

Ils passèrent ainsi la nuit, puis une bonne partie de la journée ensemble. Le soir ils décidèrent, après quelques verres, d’aller faire, seuls, un tour sur la plage.

La plage était déserte. Ils s’allongèrent, l’un à coté de l’autre. Le nez dans le cou de Florence, Luc sentit son corps s’emballer. Elle le faisait définitivement craquer. Il se colla à elle et passa ses mains sous le tee-shirt de Florence. Ses tétons qui pointaient l’excitèrent et il sentait désormais sa queue serrée dans son jean. Florence le sentait-elle aussi, collée à lui ? Elle se retourna et l’embrassa. Leurs baisers se firent de plus en plus appuyés, et leurs mains de plus en plus baladeuses. Très vite, Florence libéra Luc de sa prison de textile et regarda avec plaisir son long membre. Le tee-shirt de Florence était déjà sur le sable, rejoint très vite par son soutien-gorge. Qu’elle était belle, les seins nus, sur la plage. Quand elle approcha son visage de sa queue, Luc la regarda en souriant. Il avait tellement envie de se faire sucer. Florence croisa son regard au moment où elle le prenait en bouche. Elle jouait avec sa langue sur son sexe, le titillait, le léchait, l’avalait … 

Comme elle suçait bien, se dit-il.

Il pouvait voir qu’elle prenait son pied et cela décuplait son plaisir. Il se redressa pour lui enleva son tanga en dentelle. Elle n’avait plus que sa jupe courte. Il en profita pour glisser son doigt dans son intimité. Elle était déjà trempée. Les mouvements de son doigt firent écho aux allers-retours de la bouche de Florence sur son sexe, qu’elle avalait désormais en entier. Il la regarda longuement, jouer avec. Il sentait l’excitation grandir et le posséder. Il arrêta Florence, pour ne pas aller trop vite. Il avait tellement envie de la défoncer. Il respira un peu, se calma en embrassant ses seins. Il descendit vers son sexe à elle. C'était à son tour de jouer ... Il continua de la doigter pendant qu'il jouait avec sa langue contre son clito. Elle était allongée, quasi-nue, et lui sa tête entre ses jambes écartées. Il sentit sa respiration s'accélérer et redoubla d'effort pour la satisfaire. Elle rapprocha sa bouche de son oreille.

J’ai tellement envie que tu me baises.

L’effet fut immédiat. Elle se mit à 4 pattes devant lui et le regarda avec cet air malicieux qui lui plaisait tant. Florence aimait tellement les levrettes et n'attendait plus que lui. Alors Luc enfonça d’un coup sa queue bien profondément, arrachant un cri de surprise à Florence. Les avait-on entendu ? Peu leur importaient. Seuls les va et vient de Luc comptaient pour l’instant. Les mains sur les hanches de Florence, il lui donnait de vigoureux coups avec sa queue. Florence se retourna pour le regarder. Elle le trouvait beau, son corps musclé et bronzé. Il saisit ses seins, juste parfait, comme il les aimait. Ni trop petit, ni trop gros. Il les caressait, les malaxait pendant que sa queue continuait de la prendre de manière intense. Plus la prenait violemment, plus il la sentait aimer cela.

Il glissa sa main dans les cheveux lisses de Florence, les saisit et bascula sa tête en arrière. Les gémissement de Florence se firent alors encore plus intense. Comme elle était chaude là, sur le plage, la jupe relevée, à 4 pattes devant lui. Ses fesses l’excitaient tellement … Tellement qu’il sentit la jouissance qui arrivait. Il avait tellement envie de couler en elle, de gicler bien profondément qu’il lâcha tout. Elle le sentit se cambrer en arrière et lui enfoncer une dernière fois bien profond sa queue bien dure. Qu’elle était contente de s’être faite baiser. Il se retourna vers elle, la pris dans ses bras et l’embrassa. Est-ce que cela avait assez long pour elle ? Avais il réussi à la satisfaire ? Tant de questions ... Cela avait été tellement intense, il n'avait pu se retenir plus longtemps. Alors il l'a pris dans ses bras, et la caressa, tendrement. Elle se laissa faire, déposant des baisers sur ses bras. Il adorait l'odeur de sa peau, collée à la sienne, il adorait sa liberté. Ils restèrent la longtemps, lovés dans les bras, l’un de l’autre. La nuit avançait. Le froid se faisant de plus en plus sentir, ils se rhabillèrent et partirent, main dans la main.

Appuyez sur "Entrée" pour effectuer votre recherche