Savoure l'instant

Une saga de Mysterious - 2 épisode(s)

< Épisode précédent

11 minutes de lecture

Épisode 2 : Savoure l'instant (Partie 2)

PRELUDES

*Quelques mots susurrés à l'oreille,

Je suis si proche de toi...

Ce soir, nous n'aurons pas sommeil,

Tu es déjà dans tous tes états.

*Je t'interdis de perdre pied;

Pas tant que tu n'auras pas tout donné..

*Ferme les yeux-voilà... comme j'aime,

Il fait déjà si chaud...

Je vois une larme,

Une larme d'émotion-et c'est beau

*Je vais t'embrasser-maintenant;

Goûter la pulpe de tes lèvres-tendrement.

*Tu n'es pas parfaite

Mais tu es la seule que je désire,

La nature est bien faite;

Je veux te voir sourire.

*J'aime ton chignon, mais j'aimerais...

J'aimerais libérer tes cheveux, les caresser.

*Laisse-moi te montrer mon amour,

Tu me fascines plus que tu ne peux l'imaginer,

Mon cœur a des ratés-je savais qu'un jour,

Je me laisserais emporter.

*Je me remplis petit à petit de ton parfum;

Ma main sur ton cou... Je nous ouvre le chemin.

*Je te délaisse pendant une poignée de secondes,

Le temps d'allumer des bougies, de mettre de la musique,

Je veux que l'on soit sur la même longueur d'onde,

Je me laisse emporter par ta beauté maléfique.

Une légère pression sur ta main, un peu plus près de toi;

Je t'en supplie... Dis-moi.

*Je ne te ferai aucun mal,

Laisse mes mains parcourir ton corps,

Je veux sentir ta langue, je veux voir des étoiles

Dans tes yeux, je veux te couvrir d'or.

*Laisse-toi jouir de ces sensations nouvelles,

Je n'arrive pas à croire que tout cela soit réel.

*J'avais tellement rêvé d'embrasser tes lèvres;

A présent, ce n'est plus un rêve.

*Tu n'es plus la même, mais tu n'es pas une étrangère,

Tu es à moi, c'est un fait;

Je te retiens prisonnière

Mais je veux que tu aies ton mot à dire sur tous nos projets.

*Nos corps font et refont connaissance,

Le désir nous entraîne en silence.

*Baiser volé, baiser chaste, rencontre de nos deux langues,

Smack, smack, smack...

Tu sens que je tangue;

Mon esprit est patraque.

*C'est ici, c'est avec toi, c'est maintenant,

Bébé, savoure l'instant...

*Ton corps n'est pas parfait

Mais je l'aime plus que tout

Parce que j'ai envie de te combler;

Je saurai me montrer doux.

*Je prends du plaisir quand je te sens frémir,

Sais-tu que tu peux tout me dire?

*Tu portes un chemisier en soie ce soir,

Un jean bleu qui te va bien;

Il n'est jamais trop tard

Pour que nos deux corps ne fassent plus qu'un...

*Lobe, menton, cou,ventre, cuisse,hanche, genou, pied:

Je me demande comment je pourrais te torturer.

*Tu penches la tête en arrière

Alors que je prends ton cou d'assaut;

Dis-moi ce que tu préfères-

Tu n'es pas obligée de me l'exprimer par des mots...

*Je pose mes mains sur tes fesses

Pendant que je continue et accentue mes caresses.

*A mon tour de fermer les yeux,

Le temps de te chuchoter quelques mots

A l'oreille sur mes intentions-quelques mots mystérieux;

L'une de mes mains se glisse sous ton chemisier et remonte lentement ton dos.

*Je palpe avec amour tes fesses pleines de vie,

Dieu que j'ai envie...

*Plus ma main remonte, et plus tu trembles,

Dois-je comprendre que je te fais de l'effet?

Tu attends la suite des événements, il me semble...

Nous n'avons pas encore fini de jouer.

*Ta peau est nue sous la soie;

Tu ressens vraiment le contact de mes doigts.

*Ton chemisier est d'un blanc virginal

Et sait mettre en valeur tes formes;

Je ne veux pas te faire de mal,

Je veux juste que tu saches que je t'aime.

*Je n'avais jamais touché un peau aussi douce,

Je suis surpris de mes propres audaces.

*Maintenant, ne bouge plus... Mes mains sur ton chemisier...

J'introduis ma langue dans ta bouche.... et lentement, je vais le déboutonner.

*Je te dénude pas à pas,

Quand la soie laisse sa place à ta peau,

J'ai encore plus envie de toi...

Mais ne suis-je pas en train d'entendre un sanglot?

*Je t'en supplie-n'aies pas peur...

Je t'aime dans toute ta pudeur.

*Ma main est peut-être froide

Mais je la pose doucement sur ton cœur survolté;

En une seule et même seconde,

Te voici réconfortée.

*Je me mets à genoux, je me concentre sur ton ventre,

Laisse-moi te montrer à quel point je peux être tendre.

*Mes mains sont posées de chaque côté de tes flancs

Et ma langue se promène au dessus de ta ceinture;

Ton nombril est si voyant

Que je vais y concentrer ta torture.

*J'aime t'entendre émettre des petits soupirs...

Je n'ai pas envie d'en finir...

*Je suis à tes pieds, et j'ai une très belle vue,

Ne détourne pas ton regard!

Tu es loin d'être pour moi une inconnue,

Tu es tout aussi sexy le soir.

*Un instant, s'il te plait...

Je déserre notre étreinte... A toi de jouer...

*Prends les rênes,

Ne sois pas innocente,

Tu es comme le chant des sirènes:

Attirante.

*Tu as aussi envie que moi, je le sais, je le sens,

Fais confiance à ton instinct-fais-moi savoir ce que tu ressens.

*Fais ma connaissance, apprends...

Laisse-moi prendre ta main, découvre ma sensibilité,

Mon corps t'attend,

Je réclame ton toucher.

*Telle une Aphrodite,

Ton amour me procure une douleur inédite.

*Quand tu poses tes mains sur moi,

Il se passe toujours quelque chose de nouveau,

J'ai chaud, j'ai froid,

Je veux sentir tes caresses sur ma peau.

*Hmm... Que tu es curieuse...

Je t'aime lorsque tu te montres comme ça: audacieuse.

*Un pas en arrière... Tu me regardes en détail.

Un léger sourire se dessine sur ta bouche.

Que tu es sexy en femme fatale...

Wow... Cet effet que tu me fais dès que tu me touches.

*Je ne te reconnais plus. On dirait bien que tu te prends au jeu.

Bébé, je veux (encore) glisser ma main dans tes longs cheveux.

*Une douleur délicieuse me foudroie,

Tu me caresses la joue d'une main

Et de l'autre, tu me pousses sur ton lit et tu te jettes sur moi;

Ta chambre, ces lieux-je les fais miens.

*Bloque mes mains, interdis-moi tout mouvement...

J'ai envie de ton baiser-ne prends pas ton air innocent.

*Passe tes doigts sur ma chemise...

Enlève tes boutons, regarde-moi-je veux que tu m'hypnotises.

*Comme une frontière que l'on fait voler en éclats,

Ma peau est désormais à ta merci,

Laisse-moi sentir sur moi ta bouche, tes lèvres, ta langue, tes doigts;

Continue, je t'en supplie..

*Nous sommes à égalité

Et nous nous rendons caresse pour caresse, toucher pour toucher.

*Que j'aime cette sensation que ta langue me procure

Quand tu rends hommage à ma poitrine,

Ce sera bien trop dur

D'oublier notre première nuit câline.

*Je ferme les yeux, je t'appartiens,

Je ne suis plus qu'à toi,

Fais glisser tes mains

Pour que je les sente à jamais sur moi.

*Comme une trace indélébile,

Je veux m'imprégner de ton goût subtil.

*La fusion des cœurs et des corps

Rend l'amour encore, encore plus fort.

*Viens, reste, nous ne faisons que commencer...

Nous avons toute la nuit devant nous...

Rejoins-moi dans ton lit... Nos corps enlacés...

Je veux tout.

*Ton corps frétille de plus en plus

Comme un poisson pris dans les filets du pêcheur-je t'aime, ma puce.

*Ton corps frétille intensément

Même si je ne fais que l'effleurer,

Je sais quand tu mens;

Je prendrai soin de toi pour te déflorer.

*Ta respiration est beaucoup plus rapide,

Ma main est posée sur ton jean-audacieuse et maintenant intrépide.

*Tu ne sais rien de ce plaisir

Qui te prendra toute entière,

Ne suis-je pas en train de te voir rougir?

Ne te cache surtout pas-tu peux être fière.

*Nous sommes assis de nouveau

Et ma main se promène désormais sur une autre zone de ta peau.

*Nous sommes les meilleurs amis du monde

Mais c'est comme si on se rencontrait,

Je te regarde, je te sonde,

J'aimerais te dire, j'aimerais te montrer.

*J'ai posé ma main sur ta jambe, je sens aussi ta main,

Veux-tu me dire que tu me montreras le chemin?

*Je n'ai plus le contrôle,

Tu me guides, et je suis ta marionnette,

Je découvre ton autre pôle,

Tu souriais; à présent, tu halètes.

*Ton jean est agréable au toucher

Mais le contact est artificiel;

Ce n'est pas qu'une question de coucher,

Nous serons encore plus amoureux lors du passage au septième ciel.

*Il y a tant de choses que nous allons partager,

Nous resterons les mêmes, mais nous allons changer...

-------------------------------------------------------------------------------

DÉSIRS

*Hmm... Que j'aime quand tu suces mon doigt...

Hmm... Refais-le, rien que pour moi...

*Tu suces mon doigt, et tu me fais perdre la tête,

J'ai encore plus l'eau à la bouche,

Comme lorsque je prends ma douche

Et que je ferme les yeux en songeant aux peut-être.

*Le rythme cardiaque en hausse,

Je savoure l'instant quand tu prends la pose.

*Un soutien-gorge en dentelle,

Couleur bleu poudre,

Cache encore deux de tes merveilles;

Tu me frappes par la foudre...

*Ma main quitte tes jambes pour aller en apesanteur,

Ma main aime ressentir ta chaleur.

*Je veux à présent rendre hommage

A ta poitrine:

Deux petits seins dont je fais l'apprentissage;

C'est comme si je reconnaissais les profondeurs sous-marines.

*Ne te cache pas... Je suis un homme heureux.

Oui, je te dis bien un homme amoureux

*Parce que j'ai tout de suite un faible

Pour tes petits seins mystérieux et inconnus,

Je ne veux pas tout de suite les caresser avec ma bouche sensible.

Je suis tout ému.

*Laisse-moi me placer derrière ton dos

Et les toucher en te chuchotant qu'ils sont beaux.

*Je passe ma langue sur un point sensible de ton cou,

Tu fermes les yeux, tu gémis-mon chou;

Tes seins se tiennent dans le creux de mes mains

Et tu remues même pour que je les fasse miens.

*C'est de toi et toi seule dont je me consume de désir,

C'est à toi que je rendrai mon plaisir.

*Une poitrine menue mais que je trouve généreuse-

Tout comme l'est mon amoureuse;

Je les prends, je les palpe à travers ton armure bleue,

Je me dis que je suis béni des dieux.

*Tu aimes que je m’approprie ton corps

Mais tu es encore loin d'être au bout de tes efforts.

*Tu as l'air d'apprécier cette caresse précise,

J'aime me donner corps et âme

Dans ce jeu amoureux et sensuel-

Sexuel-où la fin sera indécise.

*C'est le moment où je décide de te mettre à nu,

C'est le moment où ton cœur s'habitue.

*De quoi as-tu peur?

De quoi as-tu honte?

Je t'aime dans toute ta pudeur,

C'est le moment où la pudeur se dompte.

*Je passe mon doigt dans ta bouche

Et je veux que tu l'humidifies,

Ta salive sur ma peau... Mon doigt touche,

Titille ton téton, et renforce ton envie.

*Succombe à l'amour libre,

L'amour le plus pur qui soit...

*Par le contact de mon seul doigt,

Je veux savoir ce que je peux provoquer chez toi.

*C'est à toi de décider,

Dis-moi ce que cette caresse te fait;

Il faut que je sache, il faut que je sois certain

Que ton désir aille de pair avec le mien.

*Bébé, savoure l'instant...

Nous avons encore bien du temps...

*Si cette caresse ne te plait pas, alors tu es une menteuse

Parce que ton téton durcit d'excitation,

Tu es mon amante, tu es mon amoureuse;

Je finirai par percer à jour ta combinaison.

*Ne me demande pas d'arrêter

Parce que je ne suis pas prêt de t'écouter;

Ne recouvre pas de honte ta virginité.

*Ton téton se dresse majestueusement

Et je te surprends en train de fermer les yeux,

Ton téton se montre consentant

Et je le trouve particulièrement affectueux.

*Ton souffle est plus court,

Plus rapide, plus saccadé,

J'ai bien plus qu'un tour

Quand ton plaisir est ma priorité.

*Un bien fou se propage le long de ta colonne

Vertébrale,

Un bien qui te fait mal

*Mais un mal qui ne peut être que délicieux;

Un premier soir, un lit, nous deux...

*Ton sein est parfait

Parce que je peux le prendre dans le creux de ma main;

Ton sein est si chaleureux que j'aimerais te téter...

Il est maintenant une senteur qui me revient-de loin.

*Tu appréhendes la suite de nos ébats,

C'est comme si je te remerciais,

Il est un débat

Où seuls ma langue et ton corps parleraient.

*Tu poses ta main sur l'arrière de mon crâne,

Ma bouche sur ton sein... Tu me sens jusque loin dans ton âme.

*Tes petits seins en poire

S'éveillent dès que nous entrerons en contact,

L'orgasme en guise de gloire...

Je respecterai les engagements de notre pacte.

*Je connaîtrai par cœur ton goût

A force que tu désires CETTE caresse,

Rends-moi fou

Et tu me demanderas de te décrire ton goût-petite diablesse.

*Je mordille affectueusement ton sein

Et ça devient une caresse sans fin.

*Ton petit sein-je le trouve mignon,

Tout aussi mignon que ton prénom.

*Deux petits seins en apparence

Mais bon dieu qu'ils sont sensibles

Quand on les caresse...

Pour toi, j'oserais l'impossible.

*Je pense que personne ne t'avait encore

Montrée à quel point c'est bon

Quand il y a harmonie entre deux corps,

J'arrive même à capter tes frissons.

*Tu es très réceptive, mais c'est un plaisir à gérer,

Contrôle-le, et ce sera un plaisir de te le procurer.

*Ne te retiens pas si tu ne peux pas te retenir,

J'ai bonheur et fierté d'arriver à te faire jouir.

*Laisse-moi essayer une double variation...

Admettons: deux doigts qui te torturent

Pendant que mes lèvres s'occupent de ton autre téton;

Que l'amour a belle allure.

*C'est ça...Geins...Soupire...Gémis,

Comme s'il en dépendait de ta vie;

J'en ai assez des compromis

Quand ton cœur est indécis.

*C'est ça... Cambre ton dos,

Les chants de l'amour ne s'expriment pas toujours par les mots.

*Tu es encore plus belle

Quand tu lèves les yeux au ciel.

*La nuit est ma seconde meilleure alliée,

Nous étions un couple d'amoureux,

Tout heureux

De s'embrasser sur un banc public délaissé.

*La nuit est bienveillante à l'égard des jeunes amants,

Nous prenons tout notre temps

Pour que tout soit idéal;

Ta parole est primordiale.

*Marquons un temps d'arrêt...

J'ai envie de t'entendre parler.

*Je veux être ton plus beau miroir,

Je veux être ton plus beau soir.

(*Revenons quelques mois en arrière...

On parlait de tout et de rien,

On ne plonge pas dans la sexualité la tête la première,

Ça y est... Tout me revient.

*C'est quand on parle de tout et de n'importe quoi

Qu'on entrouvre une boîte immaculée,

Quand je pense à toutes les questions qu'on s'est posées...

On y songeait déjà, sans foi ni loi.

*Je ne suis pas fier de certaines choses que j'ai faites,

Ma vie est loin d'être parfaite.

*Même si je m'améliore,

Je pense encore à mes erreurs.

*J'ai brisé quelques âmes en détresse,

Je comprendrais que tu veuilles user de mes faiblesses.

*Il y a des soirs où je ne fais pas le fier;

Je ne veux plus foutre ma vie en l'air.

*Je reconnais mes erreurs,

Pas qu'une seule fois, j'ai eu tort,

J'ai reçu quelques gifles et quelques mots durs;

Je ne raviverai pas tes blessures.

*On tombe amoureux d'un tout,

On doit se battre pour quelqu'un que l'on aime,

Ce n'est pas un secret que tu me rends fou,

Fou de toi chaque jour de chaque semaine.

*On fait l'amour

Dans tous les sens du terme;

On prend des cours

Pour enfin pouvoir dire un jour "Je t'aime".

*J'ai toujours été exclusif

D'aussi loin que je me rappelle,

L'amour d'une femme est nocif

Quand vous vous persuadez qu'elle vous appelle.

*Il est souvent utile et nécessaire

De prendre son temps et de revenir en arrière.

*J'ai tout particulièrement appris

De ces nuits à deux. Ah ces nuits...!

*Si tu étais la déesse de l'amour,

Je te peindrais sans attendre,

Je m'inspirerais des grands artistes

Et tu serais à jamais célèbre.

*Tes yeux me disent oui

Et ta voix est d'accord parce qu'elle émet des bruits.

*Tu n'es pas une déesse

Mais rien ne m'interdit de te faire des caresses;

Toutes les femmes aiment qu'on les embrasse,

Aucune femme ne s'en lasse.

*Je suis en train de perdre une bataille

Parce que je ne serai bientôt plus de taille

*A résister à tes beaux sourires,

Je ne te façonnerai pas selon mes préférences,

Parfois, je voudrais mourir

Plutôt que de te rendre ton innocence.

*Tu poses tes pas dans mes pas

Et je n'ai pas le souvenir d'être tombé si bas.

*Tu n'arrêtes pas de regarder-

De me regarder-tu as faim du moindre détail,

Ton bien-être reste ma chasse gardée;

Je ne serai bientôt plus de taille.

*Tu reprends ma main, et tu la poses sur ta peau,

Pour toi, je ferai tous les jours le beau.

*J'essaierai de tenir bon

Même si j'ai rêvé de cet amour depuis si longtemps;

Les autres femmes ne retiennent pas mon attention,

Depuis longtemps...

*Tu n'as aucune idée

De ce que j'ai envie de te faire,

Peut-être que tu seras intimidée...

Peut-être aurais-je dû me taire...

*Ton cœur bat, et il est vif

Et encore... Tu n'as pas reçu le toucher décisif...

*Comme un héros des Métamorphoses d'Ovide,

Je suis un homme faible et avide

*Puisque je me suis rendu

Dès notre premier regard,

J'étais libre, je me suis perdu

Et c'était trop tard.

*Je vais mourir dans tes bras cette nuit,

J'en paierai le prix.

*Tu reprends ton souffle

Mais je te garantis que je n'ai pas terminé

Ce que j'ai commencé,

Je sais que je ne t'ai pas coupé le souffle.

*Profite du calme et de la paix

Car tu ne seras plus que volupté.

*Rapproche-toi de moi...

Unissons nos bouches

Encore une fois...

Tu meurs d'envie que je te touche...

*Je ferme les yeux

Pour que le baiser ait encore plus de saveur,

Nous deux...

Rien que pour le meilleur.

*Glisse ta main dans mes cheveux

Et demande-moi quelque chose d'encore mieux.

*Enfonce tes ongles

Et fais en sorte que je puisse sentir tes ondes.

*J'aimerais te parler de ce que j'ai subi

Mais, ça casserait ce que nous sommes en train de vivre,

J'attendrai que nous ayons enfin un moment de répit

Pour que je me livre.

*Tu froncerais les sourcils

Et, tu te mettrais à me poser plein de questions,

Pour rien au monde je ne voudrais mettre en péril

Ce moment que nous partageons.

*Je suis si proche de toi

Et je pense qu'à toi.

*Les phrases que nous disons

Se disent, et restent entre nos murs

Mais, je ne suis pas sûr

Que ce soit pour l'heure la bonne décision.

*Alors, je me reconcentre sur toi,

Tu as déjà pu retrouver ta respiration,

Je me décide à repasser à l'action

Parce que je te vois...

*Je te vois...

Ton sourire coquin

Me provoque, c'est certain,

Tu as envie de moi.

*Alors, je repasse

Mes lèvres et ma langue

Sur ton autre sein, et tu tangues,

Je veux te rendre folle jusqu'à ce que tu t'en lasses.

Écrire à Mysterious

Appuyez sur "Entrée" pour effectuer votre recherche