3 minutes de lecture

Te souviens tu?

Te souviens tu de cet après-midi d'été voilà maintenant bien longtemps ?

Nous étions bien jeunes à ce moment-là, et le plaisir ressenti alors ne m'a jamais quitté et il m'arrive souvent de m'abandonner songeant à cet instant, trop bref mais si intense....

Oui, je vois que tu t'en souviens... Je m'amuse de ton trouble à l'évocation de ce plaisir partagé qui fut découverte pour nous deux.

Nous partîmes ce jour-là nous amuser dans un petit champ à l'abri des regards, non loin de la maison de tes parents... Il faisait chaud et l'odeur iodée qui nous parvenait de la grève en contre-bas créa en moi une douce excitation. Nous nous amusâmes quelques instants puis nous posâmes sur l'herbe, cachés par quelques plants de maïs.

Nous parlâmes de tout et de rien. Ce fut toi qui le premier changea de sujet et nous déviâmes sur des choses plus excitantes.

Je ne sais pourquoi, mais ce fut à ce moment que je senti une douce chaleur m'envahir et mon sexe se dressa d'un coup dans mon bermuda. Cette érection, je la voulais longue et je me mis alors à parler de choses plus excitantes encore...

Je t'avouai que j'aimais bien toucher mon sexe et que celui-ci réagissait rapidement...

Je te demandai alors si toi aussi il t'était arrivé la même chose. Le fait que tu me dises que le matin il arrivait que ton se dressât ainsi m'excita davantage. 

- Tu sais, mon sexe est comme cela en ce moment, tu veux voir ?

Tu ne répondis pas.

- Allez, regarde.

Je venais de sortir mon sexe à l'air libre et te l'exhibais alors tout en ayant une main dessus.

- Et le tien ? Comment est-il là, je peux le voir ?

L'excitation était à son comble, nous étions deux adolescents qui nous apprêtions à nous montrer notre intimité pour la première fois. Quand tu déboutonna ton short pour me montrer ton sexe, mon envie se fit plus pressante et le désir s'empara de moi.

Il était beau ce pénis, il commençait à se dresser devant moi. Je voulus à cet instant, le sentir plus près de moi, le toucher,le... 

Tu ne voulais pas trop que je le touche. J'insistai et passai juste le bout de mon index sur ta verge. Je sentis mon gland gonflé à cet instant. Le bout de mon doigt parcoura ta verge de bas en haut et de haut en bas, je pus ainsi toucher tes testicules et ton gland qui lui aussi se mit à gonfler. 

Je me suis alors rapproché de toi, il n'y avait plus un bruit si ce ne fut le frémissement des feuilles sous la brise légère. Je caressai doucement mon sexe tout en touchant le tien, tu me laissais faire. Tu eus juste un petit mouvement de recul lorsque je mis mes lèvres sur ta verge. Je continuai pourtant et pris ton pénis entier dans ma main...il était dur comme le mien je frottais le tien contre ma bouche et caressai le mien. 

Tu ne disais plus rien me laissant le champ libre...je voulus plus mais...alors que ma main touchait tes testicules, ton sexe enfla et une chaude et puissante coulée s'y échappa. Elle inonda ton sexe, ma bouche et mon front...elle était l'avant-garde car de mon pénis s'échappa également en un jet puissant et chaud ma semence. Nous restions un instant dans nos semences respectives et je te branlai toujours en goûtant ton jus...

Tu t'en souviens maintenant ? Oui, si j'en crois ce que tu viens d'extraire de ton pantalon et que tu frottes au rhytme de mon récit...Attends, je vais la prendre en bouche...


Appuyez sur "Entrée" pour effectuer votre recherche