4 minutes de lecture

Épisode 3 : Le brun où le blond.

Je m’arrête net et me tourne vers la source du bruit en affichant un sourire éclatant.

Juché sur mes talons de douze centimètres, je manque de m’écrouler lorsque j’aperçois deux superbes adonis entrer dans le bureau.

Le plus grand des deux est blond avec les cheveux en bataille, les yeux d’un bleu éclatant, le visage carré et la barbe raser de près, le nez droit et fin, il a une allure imposante et l’air sûr de lui.

Le second est beaucoup plus petit que l’autre, mais possède un charme naturel, le visage aux traits durs et fermés, ses cheveux bruns sont rasés comme à l’armé, le regard noir et arrogant, la mâchoire saillante et les veines de son cou qui ressorte, il a l’air sauvage et prétentieux.

J’avoue être attirée par son allure de Bad-boy.

— Bonjour Loeva, je suis Steeve, dit le grand blond d’une voix suave en posant sur moi un regard insistant, et voici Franck, mon frère, reprend-il en désignant le Bad-boy.

— Enchantée, je réponds en allant leurs tendres ma main et en les fixant tour à tour.

Ils répondent tous deux à mon geste et m’invitent à les suivre jusqu’au sofa.

— Met toi à l’aise, me dit Franck en retirant ses chaussures et sa chemise.

Il a une voix grave et profonde qui réveille des vibrations à l’intérieur de moi, comme un écho. Je retire ma veste et la pose contre le dossier.

— Pas si vite l’asticot, elle vient juste d’arriver, laisse-la donc se mettre dans l’ambiance.

Je ricane en les entendant se chamailler.

Franck lui fait signe de se taire et s’installe à coter de moi tandis que Steeve prépare trois verres d’un liquide transparent.

— Shoot, dit-il en nous tendant chacun un verre qu’ils avalent d’un trait.

Je fais comme eux et m’installe plus confortablement à coter de Franck, je sais bien que je ne suis pas ici pour discuter, non, aujourd’hui, je suis venue faire mes preuves.

J’ai lu et regarder tout ce que je pouvais savoir sur le métier d’escort-girl et là, je compte bien leur en faire voir de toutes les couleurs.

— Alors Alicia, dis-moi ce qui te motive dans ce travail.

— L’argent, le sexe, le pouvoir…

Je me lève en plantant mon regard dans celui de Steeve et me dirige vers le bar afin de nous resservir trois shoots qui me donneront plus de courage.

Après l’avoir avalé, je décide de commencer mon petit jeu.

— Tu pourrais mettre un peu de musique ?

Steeve se redresse et attrape une télécommande sur la petite table et appuie sur le bouton qui enclenche une mélodie sensuelle.

Je me plante à quelques centimètres d’eux, debout en face du sofa et commence à me trémousser langoureusement. Mes mains se perdent dans mes cheveux puis descendent sur mon corps à mesure que mes hanches ondulent. Je remonte légèrement ma robe afin qu’elle m’arrive, pile au-dessus de la ligne de mes bas collant.

Mon bassin suit la musique et j’enchaîne avec une dance hypnotique.

Me tournant dos a eu, je bascule mes hanches de gauche a droite tout en descendant lascivement jusqu’à ce que mes fesses touchent mes talons. Puis je remonte, lentement, en bombant davantage mes fesses qui pointent vers eux et, une fois debout à nouveau, je tourne mon visage vers eux avant de les claquer, deux fois, en mordant ma lèvre inférieure, le regard langoureux.

Ils me regardent avec beaucoup de désirs, et si je ne m’abuse, une légère bosse se forme déjà sur leur pantalon.

— Viens par ici, me dit Steeve en tendant le bras.

Je n’obéis pas. Je veux continuer mon petit spectacle. Je me sens plus désirée que jamais et cela me donne des ailes.

J’attrape mes longs cheveux blonds et les laisse glisser sur mon épaule droite afin d’avoir accès à la fermeture éclair de ma robe. Je passe mes deux mains dans mon dos en mettant bien en avant ma poitrine et la dézippe doucement en tournant sur moi-même.

Je laisse tomber la robe à mes pieds lorsque je m’arrête face à eux.

— Oh putain, crache-t-il en même temps.

Steeve, le grand blond laisse tomber sa main sur son sexe, tandis que son frère Franck se pince les lèvres.

Je me sens toute-puissante, désiré et sexy comme je ne l’ai jamais été auparavant.

Audacieuse, le cœur battant la chamade, la culotte mouillée et le bas-ventre fourmillant, je m’avance vers Franck, pose délicatement un genou de chaque côté de son corps avachi sur le sofa et me positionne à califourchon sur lui.

Immédiatement, ses mains se posent sur mes hanches tandis que je commence à frotter mon clitoris gonflé sur sa verge enfermée. Il me fixe de ses yeux noirs envoûtant puis sa main vient envelopper l’un de mes seins tendus vers lui.

D’un geste brutal, il se redresse, me faisant sauter et perdre l’équilibre.

Il me rattrape juste au moment où sa bouche frôle mon sexe. Je pense que c’était voulu, car il pose sa main sur le bas de mon dos en exerçant une pression pour que je me penche, titillant mon clitoris de sa langue pendant quelques secondes.

Je m’entends gémir, j’en veux plus.

— Dégage Steeve, dit Franck en claquant des doigts, toi, allonge-toi, fini-t-il en m’embrassant furtivement.

Il se lève et fait sortir son frère de la pièce, lui donnant quelques instructions avant de venir monter le son de la musique.

Il retire ensuite son pantalon et son caleçon, libérant son érection évidente, et sort un préservatif du tiroir de la table basse qu’il pose par terre, à côté de moi, en me fixant tout au long qu’il exécute ses gestes.

Je l’attends bien sagement, allongée sur le sofa, les jambes serrées l’une contre l’autre afin d’assouvir un peu, le désir qui s’est accumulé au creux de mon intimité. Une main caressant un sein, l’autre dans mes cheveux, mon regard langoureux qui l’appelle, qui le réclame.

Il vient se mettre à genoux par terres, près de mon ventre. Il me dévore des yeux. Sa main droite se pose tendrement sur mon visage puis descend sur ma gorge, passe entre mes seins et termine sa route entre mes jambes.

Il m’embrasse furtivement avant de déclarer :

— Maintenant, on va passer aux choses sérieuses, tu feras tout ce que je te demande compris ?