3 minutes de lecture

Un rêve érotique

Allongé dans mon lit, tout près de ma femme, mes paupières se referment doucement. Je m'endors paisiblement. Les heures défilèrent. Le monde continue à vivre.

"Jean-Marc... Jean-Marc... Mon Amour..." J'entends une voix. Elle me dit quelque chose. Bien sûre ! C'est ma pétillante Clémentine. Sa voix est de plus en plus forte comme si elle me parlait dans mon oreille gauche. J'ouvre mes yeux. Clémentine était au pied de mon lit.

Mon regard se porte vers ma femme. Elle dort profondément. "Jean-Marc... Embrasse-moi !" J'ai des hallucinations. Je referme mes paupières. J'entends encore cette voix. Ma douce voix et merveilleuse amante était près de moi. Je suis en plein rêve. Clémentine leva la couette et s'allongea sur moi, nue, seins fermes et pointues, cheveux délibérés, chose que je vois la première fois. C'est dingue ! Elle est là. Il n'y a que moi qui la voit et l'entend. 

Elle m'embrassa langoureusement et ajouta un "JE T'AIME". Elle répéta plusieurs fois ceci. Je lui réponds que je l'aime éperdument et lui demande si elle m'entend. Elle me rétorque un oui de la tête. Je suis abasourdi. Je m'apprête à toucher, ma femme me demanda ce que j'ai. Je lui dis que je viens de faire un cauchemar. Elle me rétorqua de m'endormir.

Clémentine a disparu. Je me lève pour réveiller mon esprit en refroidissant mon visage avec de l'eau dans la salle de bain. Je repars de ma chambre et elle est là. Elle est là, assise sur mon lit. Je referme la porte. Elle est debout devant moi. "Dis-moi que je rêve Clémentine !" Elle me répond : "A toi de le savoir mon bel étalon !"

Elle me laisse allonger en premier et en fait autant. On s'embrassa. Je sentis sa peau douce, ses seins et son petit abricot sur ma peau. Elle me fait plein de baisers, titille mes tétons et les lécha. Elle m'offre plein de bisous sur mon corps et descend tout doucement près de mon pénis qui commença à bien réagir. 

J'aime cette sensation d'être sous son emprise. J'adore observer sa bouche qui gobe mon sexe tout raide. Sa bouche pulpeuse engloutit mon gland. Elle le caressa avec sa langue. Elle me fait fondre de plaisir. Je ne peux expliquer pourquoi ma femme ne se réveille pas alors que je cris de jouissance absolue quand Clémentine me suce.

Elle me fit plaisir en enfonçant mon pénis dans son abricot. Elle rugit de douleur et plaisir continuellement. Je l'aime. J'aime la voir grimacer, crier, rire... Je l'aime. Elle me délibère de mes soucis, pulsions... Je la désire de plus en plus. Elle arrêta les vas et viens et m'embrassa et me cajola. Je l'embrassa à mon tour et je la renversa sur mon lit. Je profita encore de ce rêve érotique pour lui croquer ses tétons.

Je les admire beaucoup. Elle commença à se détendre. Je les palpa avec sensualité et gourmandise. Clémentine me fait autant d'effet. Je bande. Je la doigte avant de la pénétrer. Quel délice ! Me sentir en elle... Elle me fait craquer. Je m'enfonce dans son petit abricot fragile. J'accélère la cadence, mes muscles de mes bras se contractent ainsi que mon visage. Je la vois fermés les yeux pour mieux ressentir la pénétration et sort des petits cris stridents.

J'accélère de plus en plus. Je m'accroche à ses superbes seins. Le désir monte en moi. Je sue de jouissance. Clémentine s'exclama : "Continue...". Je l'écoute. Je me retire et j'explose ma semence sur son ventre. Elle m'a encore fait jouir. Je l'aime tant. J'ai encore envie de lui faire l'amour.

"Jean-Marc. Jean-Marc. réveille-toi !" J'ouvris mes yeux. C'était ma femme. Je regarde autour de moi. Pas de Clémentine. J'ai fais un rêve, un rêve merveilleux et qui se réalisera peut-être.


Écrire à Fantine Lemcecry

Appuyez sur "Entrée" pour effectuer votre recherche