1 minutes de lecture

Un samedi soir sur la Terre

Que F. CABREL me pardonne de lui avoir emprunté sa chanson en modifiant les paroles.

Celle a qui est destiné ce récit de notre aventure le mérite si bien.


Il arrive, il se gare, il attend

Il frissonne un peu dans le froid

Elle apparaît finalement

Il la prend dans ses bras

Après c’est leur moment unique

Quelque soient leurs envies

Un moment juste magique

Elle se serre contre lui, elle respire son odeur

Saute un battement de cœur

Il sourit, inspire un grand coup

Se réchauffe contre son corps

Comme elle hésite encore un peu

Il lui murmure un « encore »

Après c'est une suite normale

Le baiser qu’ils échangent, plus qu’un besoin vital

Ils se suivent en voiture et arrive chez elle

Elle est toujours aussi belle

Pas la peine de décrire

Les besoins qu’ils vont assouvir

C'est une histoire d’amants

Une histoire séculière

On est tout simplement, simplement

Un samedi soir sur la terre

Un samedi soir sur la terre

Ils se touchent, ils se mordent, ils savent bien

Qu'il va falloir qu'ils freinent

Ils sont obligés de se coucher

Tellement leur désir est fort

Après, c'est un moment plus doux

Une danse et un cri finissant dans un cou

Ils se relèvent enfin

Et leurs deux corps se cambrent

En direction de la chambre

Pas la peine de décrire

Ce qu’ils vont faire jusqu’à en mourir

C'est une histoire d’amants

Une histoire ordinaire

On est tout simplement, simplement

Un samedi soir sur la terre

Un samedi soir sur la terre

Pas la peine d'être plus précis

Ils ont profité de toute la nuit

On les vivrait aussi

Ces moments éphémères

On est tout simplement, simplement

Un samedi soir sur la terre

Un samedi soir où l’on s’aime

Un samedi soir en Nouvelle Aquitaine...

Écrire à Terremer
Tags

Appuyez sur "Entrée" pour effectuer votre recherche