4 minutes de lecture

Épisode 3 : Un dîner en guise d'amuse bouche

Au bout d’un moment, installé à notre table au bord de la piscine, je la vis arriver sur la terrasse et j’en restai bouche bée tellement elle était sexy et provocante. Elle avait revêtu une robe de soirée noire. Elle allait jusqu’à trainer légèrement par terre, fendue sur le devant jusqu’à mi-cuisse et un décolleté vertigineux, deux pans de tissu cachant juste sa poitrine et venant s’attacher derrière le cou et un dos totalement nu. En fait, c’était la réplique parfaite d’une robe de Rihanna. Un collier de perle grise mettait encore plus en valeur son cou et son décolleté. Elle avait également enfilé une paire d’escarpin noir aux talons très haut renforçant encore la cambrure de ses reins. Sa démarche langoureuse, provocante, dévoilait ses jambes bronzées. 

Je me levai, ne cachant rien de mon excitation, une bosse énorme déformant mon pantalon, et vint tirer sa chaise afin qu’elle puisse s’asseoir. Son parfum était totalement enivrant. Au moment de s’asseoir, elle effleura mon sexe juste du revers des doigts. J’ai cru que j’allais exploser dans mon pantalon juste sous cette douce caresse.

Je m’installai en face d’elle et le serveur, qui n’était autre que le beau black, vint nous servir deux coupes de champagnes. Il était plutôt doué car il versait le champagne dans les flûtes sans lâcher du regard les cuisses de ma chérie qu’il pouvait admirer à travers la table en verre transparente. Elle avait croisé ses jambes dévoilant ainsi totalement ses cuisses. Quand il lui tandit sa coupe, elle se pinça une lèvre et le remercia en minaudant plus qu’exagérément.  

Cette situation me rendait à la fois jaloux et encore plus excité. Je n’étais pas le seul apparemment car une bosse monumentale pouvait se voir sur le pantalon du beau black. Il me servit et s’éloigna. 

Nous trinquâmes et commençâmes une discussion des plus chaudes lui demandant si la petite séance de massage de cet après-midi lui avait plu. Elle me répondit que les mains du serveur étaient douces et que s’il se servait aussi bien de son sexe que de ses doigts, il devait faire plus d’une heureuse. Tout en me disant cela, elle retira un de ses escarpins et tendit sa jambe pour venir poser son pied sur mon sexe et le masser doucement. Je nous resservais deux coupes de champagnes qu’elle descendit presque cul-sec. Nous ne parlions plus mais ses yeux parlaient pour elle. Son regard flamboyait d’envie comme jamais je ne l’avais vu. Elle intensifia légèrement sa caresse. Je voyais ses pointes dressées à travers le tissu de sa robe. Et quand le serveur revint pour nous servir notre entrée, elle n’interrompit pas sa caresse. Elle s’arrêta uniquement pour avoir une position correcte pour manger. Quand elle eut fini, elle me demanda de baisser le zip de mon pantalon. Je fus surpris mais m’exécutai immédiatement. Elle passa alors juste le bout de son pied par l’ouverture et le contact contre ma hampe nue m’électrisa. Elle fit de lent va et vient. C’était doux, chaud, je sentais ma queue grossir encore. Elle ne s’interrompit toujours pas quand le serveur nous amena le plat principal. Il regarda ce pied me masturber et sa bosse déforma encore plus son pantalon. Je l’entendis déglutir. Cette situation devait l’exciter et la faire mouiller comme jamais. Je voulu vérifier et retirai à mon tour ma chaussure. Je tendis ma jambe et vint caresser l’intérieur de ses cuisses brûlantes et moites. Elle s’avança jusqu’au bord de sa chaise et écarta les jambes.  

Mon pied s’avança encore et entra en contact avec son intimité qui, comme je le pensais, était trempé. Je massai à mon tour sa chatte brûlante, sentant gonflé son petit bouton d’amour.  

Elle me demanda de déboutonner totalement mon pantalon, libérant ainsi mon sexe tendu et luisant. Elle tendit son autre jambe, emprisonnant à la fois mon pied contre sa chatte et ma queue entre ses deux petits petons. Elle le redressa et commença à me masturber. C’était  divin. Mon pied s’introduisit entre ses lèvres et je sentis sa liqueur se répandre dessus. Mon  pouce débusqua son clito et l’agaça. Elle respira de plus en plus fort, sa poitrine se gonflant de  plus en plus. 

Quand le plat fût fini, elle se servit une coupe de champagne, lâcha mon sexe, se recula avec la chaise, se leva et vint vers moi tout en vidant sa coupe. D’un geste, elle me fit reculer  légèrement ma chaise, elle ouvrit les pans de sa robe et m’enjamba. Elle me regarda d’en haut  sa coupe toujours à la main. Mes mains remontèrent du bout des doigts ses cuisses. Elle  s’abaissa et vint s’asseoir sur mes cuisses avant de s’avancer, sa chatte humide et  dégoulinante venant caresser ma queue tendue comme jamais. Elle me regarda droit dans les  yeux, ses hanches ondulant sur mon sexe et déversant le reste de son champagne entre ses  seins se mêlant aux fines gouttes de sueur naissantes. Je m’approchai et léchai ce mélange aphrodisiaque. Je glissai sur le côté pour venir écarter le tissu recouvrant ses seins et vint mordiller son téton tendu et dur du bout des lèvres. Elle gémissait et se déhanchait de plus en plus. Je pinçai de plus en plus fort son téton que je savais extrêmement sensible. Ses mains dans mes cheveux me collaient encore plus contre elle. Soudain elle se crispa et je sentis sa cyprine chaude se répandre tout autour de ma queue.

Elle m’embrassa fougueusement et je lui proposai d’aller prendre le dessert dans notre chambre ce qu’elle accepta avec un grand sourire. Nous nous levâmes et nous rendîmes dans la chambre. Une fois arrivée dans la chambre, je l'enlaçai et l'embrassai fougueusement, nos langues dansant un tango endiablé et mes mains empaumant ses fesses et l'attirant contre mon sexe tendu dans mon pantalon.

Soudain, elle sentit une présence derrière elle. Un corps chaud, musclé, moite se colla contre son dos, des mains puissantes se saisirent de ses épaules Et descendirent le long de ses bras.

Je me reculai, la regardai droit dans les yeux et lui dit :

- Ton cadeau est arrivé ma chérie.....

Appuyez sur "Entrée" pour effectuer votre recherche