1 minutes de lecture

Une envie folle, carte postale

Quelques jours après être arrivée à Prague, alors que tu es resté à Paris, je t'écris cette carte postale que j'enverrai poste restante, dans le bureau où nous récupérons, le cœur battant, nos courriers secrets, nos courriers tabous... Ces courriers que nous devons détruire après lecture pour ne pas prendre le risque que notre liaison adultère éclate au grand jour. Je la posterai avec l'espoir secret que tu déroges à la règle et que tu la conserves malgré tout. C'est pour cette raison que j'ai choisi cette image de la statue de Kafka, notre liaison est tout aussi absurde que l'univers de l'ami Frantz... Tu pourras peut-être la mettre sous verre... qui sait...

Fin d'après-midi, samedi... et j'ai des envies...

Une envie folle d'entendre ta main claquer sur mes fesses.

Une envie folle de sentir ta main claquer mes fesses.

Une envie folle que tes doigts s'y agrippent.

Une envie folle que tu les écartes.

Une envie folle que tu sentes à quel point, j'ai envie que tu entres en moi, comme un combattant épuisé rentre chez lui, accueilli comme un héros.

Comme le héros qu'il est.

Une envie folle d'être encore à toi, une nouvelle fois.

À toi, encore une fois... rien qu'une fois... mais totalement à toi...

Une envie folle que tu me mènes sur le chemin magique du plaisir total, du plaisir absolu.

Une envie folle que tu l'empruntes avec moi et que tu y découvres tous ses trésors cachés. Cachés au fond de toi, cachés au fond de moi, cachés au fond de nous.

Et puis avec cette envie folle, vient cet espoir, tout aussi fou, que cette fois, cette unique fois, soit suivie de beaucoup d'autres...

Écrire à Pallilogie

Appuyez sur "Entrée" pour effectuer votre recherche