2 minutes de lecture

Épisode 1 : Ma nouvelle condition


Je m'appelle Valentine et j'ai dix-huit ans. Dans le même été j'ai eu mon baccalauréat, perdu ma virginité et trouvé un maître. Je vous l'avais déjà dit, dans ma vie tout va par trois. J'ai accepté de me faire dépuceler le vagin par un homme que mon maître a choisi et ensuite je lui ai offert mon cul. Je lui confie ma sexualité. Désormais je suis Valou, c'est ainsi qu'il m'appelle sur son blog.

De Valentine à Val, il n'a fallu qu'un pas.
De Val à Valou, il n'a fallu qu'une bite.

Ma première sodomie a littéralement changé ma vie. Cela peut paraître étrange de dire les choses ainsi et pourtant c'est une réalité. Ce fut l'un des tournants, avant cela je n'étais encore qu'une jeune femme qui avait encore une certaine liberté de faire ce qu'elle voulait avec son cul. Depuis, j'ai un maître et il en est le référent.

Jeff est considéré comme mon premier mais pour moi, cela restera mon maître. Je lui avais offert l'intimité qu'il voulait et c'était moi qui voulait d'abord perdre ma virginité devant. Donc Jeff ne compte pas vraiment. Enfin si un peu mais c'est vraiment lorsque j'ai senti mon homme dans mon anus que je suis devenue sa chienne puisqu'il avait fait ce qu'il voulait de moi.

Sur son blog, je recevais un flot d'éloges pour les photos qu'il avait postés des deux dépucelages. Autant dire que certains commentaires se montraient très crus. À présent, je ne les lisais plus par curiosité mais parce que ça devenait mon rituel quotidien. Il m'expliqua très succinctement l'évolution de notre relation dès le lendemain : désormais il y aurait d'autres hommes dans ma vie mais le seul à s'occuper de mes fesses, ce sera lui.

Je dois avouer que l'idée ne me séduisait pas. Il m'expliqua qu'il ne viendrait toujours pas combler mon entrecuisse. De toute façon, il considérait que je n'avais pas à discuter si je l'aimais. Il m'avoua ses sentiments et du coup, je me disais que c'était sa façon de voir une relation même si moi je préférerais quelque-chose de plus classique. J'espérais le faire changer, du coup je suis restée.

Après deux jours de repos, j'offrais de nouveau mon cul à mon maître mais cette fois-ci en ne restant que tous les deux seuls dans son appartement. Je préférais cela, me rassurant sur notre relation. Mes vacances n'étaient pas encore terminée et je n'imaginais pas tout ce qu'il pourrait encore se passer !

Avec les beaux jours et le temps favorable, mon maître avait de l'imagination. J'avais des envies, surtout celle de lui faire plaisir. Il voulait me montrer que j'ignorais encore pas mal d'aspects de ma personnalité et il me demandait de lui faire confiance. J'étais prête à le suivre au bout du monde tant que nous étions ensembles. Naïve, je l'étais encore mais innocente, je ne l'étais déjà plus. Je savais que j'avais toujours le choix de refuser et d'arrêter quand je voulais.

Je ressentais l'envie depuis plusieurs jours de parler à mes deux grandes amies pour leur annoncer la perte de ma virginité mais j'avais peur d'en révéler trop. Elles m'auraient jugé alors qu'elles étaient encore pucelles ! Je ne pouvais pas me confier à elle et il fallait qu'à l'avenir je trouve une personne de confiance.

(Une version illustrée est disponible sur le blog de Valou : https://journalchienne.blogspot.fr/)

Écrire à Thalia_Devreaux

Appuyez sur "Entrée" pour effectuer votre recherche