Vieux cochons !

Une saga de Thalia_Devreaux - 36 épisode(s)

< Épisode précédent
Épisode suivant >

2 minutes de lecture

Épisode 31 : Comme un goût de liberté

J'ai attendu le départ de Marcel avant de le contacter par mail en lui envoyant la photo en ma possession. Il n'a pas tardé à réagir. Il n'apprécie pas la tournure des événements, souhaitant que je supprime la photo, ce que je ne ferai pas, puisqu'elle est ma garantie qu'il ne tentera plus rien à mon encontre. Il s'avoue vaincu et accepte son sort.

Je contacte alors monsieur Dupré, tombant sur sa boite vocale. Je lui laisse un message où je lui annonce que j'ai un nouvel accord à lui proposer. Je vais ensuite dans le jardin, m'asseoir sur un transat dans l'attente de l'arrivée de mon voisin. Il met plus d'une demi-heure avant de m’interpeller depuis son jardin.

— C'est toi qui est responsable de la suppression de toutes les photos et vidéos te concernant ? Me demande-t-il agacé.

Je lui fais un sourire triomphant, appréciant de voir sa tête avant d'acquiescer. Je lui annonce que ce n'est pas la peine qu'il demande à qui que ce soit d'avoir du contenu me concernant, car plus aucun ne pourra lui en fournir. Fini de jouer avec moi ! Je le vois déçu avant que son visage ne se fende d'un sourire malsain.

— Au moins j'aurais la satisfaction de te l'avoir mise dans le cul. Tu es la seule à qui je l'ai fait.

Je perds de ma superbe et m'en vais un peu déconfite. Une dernière victoire pour lui pour un grand sacrifice nécessaire. Il ne me reste plus qu'à museler monsieur Dupré. Celui-ci finit par m'appeler en se demandant ce que je lui veux, me rappelant qu'un accord a déjà été conclu et qu'il n'acceptera de le changer qu'à son avantage. Je lui explique alors que je suis au courant, que je connais le nom de sa compagne avec laquelle il ne vit pas et que j'ai l'intention de déposer plainte.

— Tu ne le feras pas, lance-t-il d'un ton confiant.

— Je le ferai si vous continuez à me faire chanter ou à diffuser des photos et vidéos sur moi. J'irai jusqu'au bout.

Ma voix est plus assurée que je ne l'aurais cru. Il ne répond pas tout de suite. Sa voix trahit ensuite son inquiétude.

— Ta réputation serait ruinée.

— La vôtre aussi, réponds-je avec conviction.

De nouveau, il laisse un blanc, avant de soupirer. Il finit par céder, par renoncer à l'emprise qu'il a sur moi, seulement si je respecte les termes du nouvel accord. Aucun de nous ne cherchera à causer du tort à l'autre, ni de profiter de la situation. J'ai l'impression d'avoir à nouveau mon destin en main. Surtout lorsque je sens son ton dépité avant de raccrocher. Je crie alors de joie en comprenant que je suis libre !

Je contacte aussitôt Patrick et le remercie. Il apprécie d'avoir pu se venger de monsieur Dupré et de son frère. Pour le reste, il trouve normal de m'avoir aidé. Je n'oublie pas qu'il y a une contrepartie. Un dernier petit plaisir, un cadeau que je lui ferai pour m'avoir permis de me sortir de ce mauvais pas. Il m'annonce que rien ne presse. Je le trouve gentil de ne pas réclamer trop vite son dû.

Écrire à Thalia_Devreaux

Appuyez sur "Entrée" pour effectuer votre recherche