Vieux cochons !

Une saga de Thalia_Devreaux - 32 épisode(s)

< Épisode précédent
Épisode suivant >

4 minutes de lecture

Épisode 25 : Diviser pour mieux s'échapper ?

Monsieur Dupré veut une séance photo toutes les semaines. Je n'ai pas d'autre choix que d'accepter et c'est ainsi que je me retrouve de nouveau nue chez lui, jouant avec le godemichet réaliste de couleur chair. Je mouille une nouvelle fois abondamment pour ne pas avoir besoin de rajouter du lubrifiant.

Durant la semaine passée, j'ai recontacté Patrick, voulant m'assurer de sa discrétion. Il m'apporte son soutien, se retrouvant piégé tout comme moi, par rapport à sa compagne, même si je sais qu'il prend du plaisir dans toute cette affaire. Mais lui non plus n'apprécie pas d'être sous l'emprise de monsieur Dupré. Il aimerait s'en affranchir.

Je réalise finalement que c'est dans la division que je pourrais m'échapper de cette situation embarrassante. Il faudrait que j'arrive à trouver le moyen d'utiliser le randonneur pour qu'il s'accapare l'ensemble des photos et vidéos de mon hôte. Je sais qu'ensuite, il s'occupera de son frère, n'appréciant pas le sale coup qu'il lui a fait. Car même si pour le moment Raymond n'est plus gênant, il a malgré tout des vidéos de moi...

Monsieur Beaumont semble être neutralisé par monsieur Dupré. Je me demande bien comment, mais pour l'instant mon voisin ne se manifeste pas. Lorsque je le croise, il se contente de me dire bonjour poliment, même si son regard en dit long sur ses envies. Il faut que je comprenne comment il le maintient sous silence pour pouvoir l'utiliser à mon tour.

— Approche !

Docile, je viens vers lui. Il tient le sextoy violet à la main. Je me retrouve à plat ventre sur le lit, le godemichet entre mes lèvres. Après quelques va-et-vient, il le retire et le pose sur mon anus. Je savais qu'il finirait par s'y intéresser. Il presse cet orifice qui ne tarde pas à céder le passage. Malgré qu'il soit plus gros qu'un pouce, le jouet s'insère avec facilité. Je ressens une légère gène que je tais pour le moment.

— Regarde-moi, ma cochonne !

Il prend mon visage en photo avec mon cul en premier plan et le sextoy planté dedans. Il retire son jean pour être plus à l'aise. Son caleçon risque d'exploser avec sa queue déjà bien érigée dedans. Cette vision m'excite davantage. J'ai envie de jouer et je prends l'initiative, ce qui me permet de retirer le jouet de mes fesses.

J'attrape le phallus factice en silicone. Je l'insère dans ma chatte trempée et joue avec, m'amenant progressivement à l'orgasme. Mais je ressens le besoin de plus. Je le sors et me lève de ce lit pour m'accroupir au-dessus du carrelage. Je pose la ventouse sur le sol, je vérifie que le gode tienne bien avant de m'empaler dessus.

Il pousse un gémissement satisfait et moi aussi par le plaisir procuré. Je remonte et redescends le long de ce sextoy, m'arrêtant lorsqu'il me le demande pour prendre une photo. Désormais, il a retiré son caleçon et il est à demi-nu face à moi. Il ne perd pas une miette de ce qui se passe, ni l'occasion de prendre un cliché. J'ai l'impression que son doigt n'arrête pas de presser le bouton.

— Insère-le dans ton cul !

L'idée me plaît, plus que je ne l'aurais cru. Je me redresse et m'avance avant de poser le bout contre mon trou. Je tiens le sextoy d'une main, tout en commençant la descente. Les parois s'écartent pour laisser passer le gland factice et après quelques secondes, je me retrouve empalée par l'anus, accroupie sur son sol. Monsieur Dupré s'exclame, immortalise l'instant, s'approche, fait d'autres photos, avant de me demander de faire des va-et-vient par cet orifice.

Je m'exécute, malgré la gène ressentie. Ça chauffe mais je le vois sur le point de défaillir, sa main tenant son sexe, le pressant avec fougue. Je ne suis pas certaine qu'il réussit les dernières photos. Je m'en moque de toute façon...

Et tout s'accélère d'un coup. Il m'attrape par le bras, m'obligeant à me retirer du godemichet qui reste planté sur son carrelage. Je me retrouve à quatre pattes, lui dans mon dos. L'instant d'inquiétude s'estompe vite lorsque j'entends son râle et que je sens son sperme chaud zébrant mes fesses, son liquide recouvrant mon anus.

Il me pousse à me pencher, ma tête contre le sol glacé. Il prend une dernière photo de moi soumise à son désir et souillée par l'excitation que je lui ai produite. Malgré moi, je ressens l'envie de jouir à mon tour. Ma main se glisse jusqu'à mon clitoris que j'active, le pressant fermement pour obtenir mon orgasme libérateur de toute cette tension.

Il se glorifie de cet instant et dans mon for intérieur, je lui souhaite d'en profiter car j'espère que ce sera bientôt l'un des derniers. J'utilise les jouets de ce vieux cochon comme lui m'utilise. Sauf que je ne suis pas un objet et j'espère bientôt le prouver.

Je le quitte sans regret, avec l'envie d'une bonne douche pour finir de nettoyer la semence collée sur mes fesses et mes cuisses. Une eau bien chaude qui enlèvera ce léger sentiment de culpabilité de m'offrir ainsi. Ce n'est qu'un rôle, bientôt je reprendrai ma liberté. Patrick va m'y aider, j'ai confiance en lui. De son côté, il réfléchit à un moyen de tout récupérer chez monsieur Dupré, mais sait déjà comment il va faire pour son frère...

— Il va me falloir du temps. Raymond ne me laisse plus seul chez lui et encore moins m'approcher de son ordinateur. Mais je sais où il range ses sauvegardes. Il a oublié qu'il m'avait confié ce secret.

Je souris en écoutant ses propos. Du temps. Gagner du temps. C'est ce que je n'arrête pas de faire depuis des semaines. J'imagine que je ne suis plus à quelques unes près. « Deux photos ou cent, quelle différence ? » Tant que j'en reste à une séance hebdomadaire qu'avec monsieur Dupré, le risque est minime.

Il me reste à trouver comment récupérer ou détruire le contenu de l'ordinateur de Marcel. Sauf que j'hésite à en parler à Patrick. Je ne suis pas certaine qu'il sache que j'ai couché aussi avec cet homme là... Pour monsieur Beaumont, je m'en charge. J'arriverai à me faire inviter chez lui et à le mettre définitivement hors jeu, à seule condition d'en avoir terminé avec Marcel d'abord.

Écrire à Thalia_Devreaux

Appuyez sur "Entrée" pour effectuer votre recherche