Vieux cochons !

Une saga de Thalia_Devreaux - 21 épisode(s)

< Épisode précédent
Épisode suivant >

5 minutes de lecture

Épisode 18 : La vengeance de Raymond

Alors que je m'attends à être contacté par monsieur Dupré pour la prochaine séance photo, celui-ci reste sage le reste de la journée du lundi. Mais le mardi, c'est Marcel qui me contacte, à ma grande surprise. Sans l'avoir complètement oublié, surtout que je surveille son activité sur le forum, j'espérais ne plus avoir de ses nouvelles.

En ouvrant son mail, je ressens une crainte qui s'avère justifier lorsque je vois une photo de moi à visage découvert, une de celles faites par le randonneur lorsqu'il m'avait surpris la première fois avec monsieur Dupré. Je me décompose devant mon écran en me demandant comment cette photo peut se retrouver en possession de Marcel !

« T'es vraiment une salope ! T'aimes te foutre à poil en pleine nature », commente-t-il dans son message. Je suis certaine qu'il en a joui. Mon inquiétude c'est qu'il en ait d'autres, ce que je lui demande aussitôt.

Il se passe près d'une heure avant que j'ai sa réponse, à croire qu'il aime me faire languir. Il se plaint malheureusement de n'en avoir qu'une seule, la dernière en possession de coquin69. Je relis plusieurs fois le message, n'en croyant pas mes yeux. J'étais persuadée qu'il n'en avait plus aucune. Comment ça se fait qu'il en possède encore une ? Pire encore, Marcel a une vidéo de moi qu'il pourrait lui partager si ce n'est pas déjà fait...

J'envisage de contacter Raymond mais si je le fais, ce serait montrer un signe de faiblesse. Au final, c'est lui qui m'envoie un message, me demandant si j'ai été contacté par diablotin56 avec le cadeau qu'il lui a fait. Après un bref échange, j'apprends que malgré tous mes efforts pour tout supprimer, il en avait une sur son smartphone. Lui aussi l'avait oubliée jusqu'à ce jour où en consultant les images de son téléphone, il est tombé dessus.

« Tu apprécies ma vengeance ? » Je ne réponds pas. Je considère que je ne mérite pas cette situation et que j'ai payé chèrement notre accord. Maintenant, je vais devoir empêcher la diffusion de cette image. Connaissant Marcel, il ne pourra pas s'empêcher de la faire circuler. Pour peu qu'il la transmette à mon voisin, ma situation risque rapidement d'empirer.

Je n'ai pas d'autres choix que de lui proposer un marché : une nouvelle coucherie en échange de la suppression. Bien entendu, il rajoute que je sois filmée, comme la fois précédente. Je savais que je n'y échapperais pas mais au moins j'ai tenté ma chance. Apparemment, en ce moment je n'en ai pas beaucoup. Elle m'a fui depuis le snap de Jérémy. Il vaut mieux pour lui que je ne le croise pas. En attendant le rendez-vous de vendredi, Marcel me promet de ne pas diffuser la photo.


À l'heure où nous devrions faire les courses, nous nous retrouvons chez lui pour sceller notre accord. L'homme à la cinquantaine, un peu charnu, une alliance à l'annulaire de la main gauche, m'accueille avec un grand sourire. Nous n'échangeons que peu de mots. Nous ne sommes pas là pour ça. Je lui demande s'il a respecté notre accord.

— Comme je te l'ai promis, Aude.

J'avais oublié qu'il ne connaît pas mon vrai prénom. Ce constat me rassure. Ça signifie que malgré la présence de trois habitants de la même ville sur le forum me connaissant, ils ne s'échangent que peu d'informations à mon sujet.

Il m'entraîne dans sa chambre, l'endroit où nous allons sceller une fois de plus notre accord et j'espère que ce sera le dernier. Je lui rappelle qu'il ne doit ni filmer mon visage, ni dire mon prénom. Je dois rester anonyme. Je préfère lui laisser à penser que je lui ai donné ma véritable identité. Il hoche la tête tout en commençant à se déshabiller.

Nous nous retrouvons nus, l'un en face de l'autre. Il penche sa tête vers moi, pour m'embrasser. Je me laisse faire. Nos langues se mêlent, je sens le goût du café qu'il a pris avant de me recevoir. Ses mains se baladent sur mon corps, sur mes fesses, sur mes seins et sur mon sexe. Il me fait mouiller en agissant ainsi. Je le laisse faire, espérant qu'il en oublie sa vidéo.

Un doigt s'introduit dans ma fente tandis que je presse sa verge. J'en viens à être excitée, à avoir envie de lui. Il me pousse à me mettre sur le lit, à quatre pattes. Il attrape un préservatif qu'il enfile et ensuite son smartphone...

Il se filme en train de me baiser. Je ne sais pas si j'ai failli obtenir ce que je voulais mais en tout cas, c'était bien essayé. Nos préliminaires m'ont suffisamment stimulés pour prendre plus de plaisir que la première fois. Il ralentit la cadence et écarte mes fesses avant de pousser un râlement de satisfaction. Il apprécie la vue et ne peut s'empêcher de la commenter.

— T'aimes ma bite. C'est la deuxième fois que tu viens pour la prendre !

Il me met une tape sur les fesses avant d'accélérer ses coups de piston, me faisant gémir. J'ai failli tourner la tête, me trahir. Je dois faire attention à ne pas me laisser trop aller. Je sens mon ventre se tordre. C'est que malgré tout, il va peut-être réussir à me faire jouir.

— T'es une bonne salope aux cheveux roux. Avec un beau petit cul au trou étroit. Et en plus t'aimes te faire baiser.

Il attend un oui mais je ne dois pas dire un mot. Je gémis en guise de réponse. Oui j'aime le sexe mais ces derniers temps, je n'assume pas totalement ce que je fais. Il continue ses coups de reins, me prenant avec plus de fougue. Sa respiration se saccade.

— T'aimes être filmée et photographiée par des hommes mûrs !

Je le sens sur le point de jouir, sa main se crispe et j'entends à son râle qu'il vient plus vite qu'il ne l'avait prévu. Je ne bouge pas, restant à quatre pattes, avec l'envie de me finir. J'aurais pu jouir, il ne manquait pas grand-chose.

Ce n'est que lorsqu'il repose le smartphone éteint sur la table de nuit que je change de position. Je remets mes vêtements en toute hâte tandis qu'il reste nu. Il ne prend pas la peine de s'habiller lorsqu'il supprime la photo de son ordinateur et de son répertoire du forum.

— Je suis un homme de parole, me dit-il.

J'ai du mal à le croire avec mes yeux se posant sur son alliance. Ça le fait sourire. Il a de nouveau le téléphone dans sa main, le son allumé et j'entends notre baise. Il me montre la vidéo pour me confirmer qu'à aucun moment, on ne voit mon visage. Le film m'excite et me met mal à l'aise à la fois. J'ai envie de lui faire confiance et de m'en aller mais je m'oblige à rester et regarder toute la scène qui dure un long moment. L'image s'arrête lorsque sa queue sort de mon vagin.

Je le quitte ensuite, satisfaite et frustrée. Je me dépêche de retourner chez moi. Une fois arrivée, seule dans la maison, je baisse mon jean et ma culotte pour me caresser et me faire jouir dans un râle contenu. J'avais besoin de me soulager. Voir la vidéo avait accentué cette envie.

Écrire à Thalia_Devreaux

Appuyez sur "Entrée" pour effectuer votre recherche