Vieux cochons !

Une saga de Thalia_Devreaux - 32 épisode(s)

< Épisode précédent
Épisode suivant >

5 minutes de lecture

Épisode 29 : Mylène prend les choses en mains

En rentrant de l'université le jeudi soir, je découvre monsieur Beaumont chez moi, discutant avec mes parents. Je n'apprécie pas de le voir à la maison, même si ce n'est pas la première fois qu'il y met les pieds. Il se montre très poli à mon arrivée, comme il le faisait avant toute cette fâcheuse affaire. Il ne laisse rien transparaître.

Par sa présence, je ne me sens plus en sécurité dans la maison familiale. J'ai du mal à croire qu'il soit simplement venu pour une visite de courtoisie. Pas alors qu'il n'a toujours pas réclamé son dû. Je comprends d'un mouvement de tête qu'il veut que je le raccompagne vers la sortie. Mes parents le laissent agir à sa guise. Je crois que même s'ils l'apprécient, ils sont bien contents de pouvoir directement vaquer à d'autres occupations.

Le vieux cochon semble déjà se délecter de la prochaine situation. Je lis dans ses yeux qu'il me voit déjà toute nue. Ses mains moites se serrent et se desserrent lentement, comme s'il imaginait tenir mes seins dedans. Son visage exprime toute la perversité qu'il ressent pour moi.

— Tu es toujours la bienvenue chez moi...

Je le fixe sans dire un mot, un rictus crispé à la bouche, essayant de sauver les apparences.

— Mais toute dévêtue, bien entendu.

Il a un rire graveleux, une sorte de ricanement dégueulasse, qui exprime tout le côté sale de sa proposition. Un véritable porc qui se paluche certainement sur mon compte en regardant les images qu'il a de moi ou en repensant à ce qu'il a pu obtenir de moi.

— Ça se pourrait que ça arrive bientôt. Tenez-vous prêt au cas où ! Réponds-je pour le provoquer.

Ce n'était peut-être pas très malin de ma part, mais j'avais envie de le déstabiliser. Car même s'il a souri en acquiesçant, je remarque qu'il s'attendait à ce que je me montre plus soumise, plus gênée. Je le plante devant le portillon et repars vers la maison sans me tourner vers lui. Ma mère s'aperçoit de mon trouble et je la rassure en lui disant que je m'inquiète pour la réussite de mon année. Elle se veut rassurante en me rappelant que je n'ai jamais échoué. Sauf qu'elle ignore que je rate beaucoup de cours et que je n'étudie plus vraiment depuis.

Je file ensuite dans ma chambre pour contacter Patrick. Je veux me débarrasser de ce vieux pervers. En échangeant des textos avec lui, il me dévoile son plan. Nous devons agir vite et dans un timing serré. Lui souhaite prendre la revanche sur son frère, c'est pourquoi il ira chez ce dernier pour supprimer les photos.

« Du coup, si tu es d'accord, on s'occupe de ton voisin dans la foulée. Il faut que tu arrives à me faire introduire à l'intérieur et que tu gagnes du temps pour que je puisse faire la même chose chez lui. »

Mon cœur s'emballe à la perspective de ce plan périlleux. Je réfléchis aux conséquences. Monsieur Beaumont connaît Raymond, mais aussi Marcel. C'est celui-ci qu'il faudra museler, car par lui, ils pourront de nouveau avoir du contenu sur moi, ce que je fais remarquer à la seule âme charitable dans toute cette mésaventure.

« J'ai en ma possession une photo qui va le museler. Je te l'envoie. »

J'attends avec impatience de l'avoir, avec beaucoup d'espoir.

« Avec ça, tu vas pouvoir obtenir qu'il supprime tout. »

Je regarde attentivement le cliché, ne comprenant pas toute l'ampleur de la faute de Marcel. Dessus, on le voit en pleine action dans les bois. Une photo d'adultère sur laquelle je ne suis pas. Peut-être que ça devrait le faire, mais je n'en suis pas forcément convaincu. Ce n'est qu'en regardant plus attentivement que je remarque que ce n'est pas une femme qu'il est en train de prendre, mais un jeune homme ! Un qui était dans le même lycée que moi.

Il est bi ? Demandé-je comme pour confirmer ce que j'ai sous les yeux.

« Et sa femme ne le sait pas et j'imagine que son entourage non plus. »

Je souris, presque triomphante. Effectivement, cette photo peut faire de gros dégâts. Coucher avec une jeune femme, ça passe, mais encore aujourd'hui, bien des gens ont du mal avec l'homosexualité ou la bisexualité.

J'aurais envie de l'utiliser tout de suite, mais Patrick freine mes désirs. Il craint que Marcel se soit aperçu de sa présence ce jour-là. Et comme il me le fait si bien remarquer, si j'agis maintenant, il risque de prévenir les autres et notre plan risquerait de tomber à l'eau.

« Attendons d'avoir neutralisé ton voisin et mon frère avant de nous occuper de lui. »

Un sage conseil que j'ai bien l'intention d'appliquer. Mais il reste une dernière difficulté et pas des moindres : monsieur Dupré ! Il pourrait tout faire échouer si je n'arrive pas à le neutraliser également.

« On va le faire chanter lui aussi. »

Il attise ma curiosité. Je découvre que Patrick n'est pas qu'un simple voyeur. C'est une commère qui est au courant de beaucoup de choses. Il s'est renseigné sur le vieux cochon qui le tient également afin d'inverser la tendance. Il appris avec qui celui-ci est en couple. Il s'agit d'une femme habitant dans la ville de ma faculté et qui possède des biens ainsi que beaucoup d'argent. Mon maître chanteur est en difficulté financière et c'est grâce à elle pour l'instant qu'il s'en sort.

Et ça suffira pour mettre un terme à notre accord ?

« Si tu menaces de déposer plainte contre lui, oui. C'est une femme d'affaires, elle ne peut pas se permettre d'être ridiculisée si les choses se savent publiquement. »

En gros, on bluffe sur l'hypothèse que je pourrais aller déposer plainte alors que je ne le ferai pas ?

La stratégie me semble risquée, mais comme il le fait si justement remarquer, c'est parce que je veux sauvegarder ma réputation qu'il me tient. S'il n'a plus cette pression sur moi, il ne pourra rien faire qu'accepter de tout arrêter. Mais lui, comme pour les autres, je vais devoir attendre avant d'agir, sans avoir la certitude que ça va marcher. Mais comme dirait le proverbe, « qui ne tente rien, n'a rien ».

J'imagine qu'il y aura une contrepartie à payer pour votre silence et pour votre aide ?

J'attends avec angoisse sa réponse. Il m'envoie un smiley avec un sourire avant de me dire que son aide contre monsieur Dupré et son frère sont gratuites car il souhaite se venger. Pour les deux autres, il aimerait que je lui fasse une faveur : celle de coucher avec lui dans les bois. En amoureux de la nature, il a toujours rêvé de le faire sans en avoir jamais eu l'occasion. Il n'y aura ni photos, ni vidéos, juste des souvenirs dans les têtes. Je consens à ce dernier sacrifice, qui est bien peu de choses comparé à tout ce que j'ai subi.

Écrire à Thalia_Devreaux

Appuyez sur "Entrée" pour effectuer votre recherche