Vieux cochons !

Une saga de Thalia_Devreaux - 23 épisode(s)

< Épisode précédent
Épisode suivant >

5 minutes de lecture

Épisode 9 : Pas vraiment exhibitionniste...

Le jour tant stressant finit par arriver. Le jour où je dois me prendre en photo toute nue dans mon jardin. Mais pour ça, il faut déjà que je m'assure que le vieux cochon de voisin ne soit pas chez lui. Sinon je risque de retourner dans une boucle infernale que je préfère éviter. Une fois que j'aurais pris ces satanés clichés, il faudra que je réfléchisse au moyen de m'en sortir et de mettre un terme à toute cette histoire.

Je sais que monsieur Beaumont a l'habitude de sortir dans l'après-midi du mercredi. Il part faire quelques courses, sans doute voir des amis ou des anciens camarades de boulot. En fait, je ne sais pas ce qu'il fait vraiment et je m'en moque. J'attends surtout avec impatience qu'il quitte sa maison.

Dans cette attente, je m'habille sommairement : un bas de survêtement avec une culotte et une veste avec fermeture éclaire sans rien en dessous. De quoi pouvoir vite me déshabiller et me rhabiller en un éclair. L'opération ne doit pas prendre plus de cinq minutes...

Je vois l'heure tourner sans que mon voisin ne parte. À croire qu'il le fait exprès. Si ça continue, il va me mettre dans une situation délicate. L'angoisse augmente à mesure que je vois le temps défiler sur mon téléphone portable. Je crains qu'il finisse par partir que lorsque mes parents vont revenir. Il ne se doute pas que je guette son départ de la fenêtre du salon.

Il sort enfin avec sa voiture ! Je pousse une exclamation de joie alors que je ne suis pas tellement ravie de devoir faire des photos. Je vérifie bien de perdre la voiture de vue avant de foncer dans le jardin en ne prenant que mon smartphone.

Arrivée dehors, je me rends compte que mes jambes sont plus lourdes que d'accoutumée. Ma boule de stress ne fait que grossir dans mon ventre et mon cœur s'emballe sous l'appréhension que je ressens. J'hésite vraiment à le faire mais je me force en me disant que je n'ai pas le choix. Putain de photo dans le jardin avec mon t-shirt rose ! Connard de voisin qui a fait circuler les clichés qu'il a pris pendant que je faisais cette photo !

Pas le choix, si je veux sauvegarder ma réputation dans cette petite ville, je dois céder aux exigences de monsieur Dupré. Je retourne dans le coin choisi la dernière fois, observant attentivement les alentours. Je ne suis pas sereine. Une petite voix me dit que plus je mets de temps à le faire, plus je prends le risque de me faire surprendre.

Je retire mes habits, je me mets à genoux et je prends une photo de face en n'affichant pas mon visage. Une de faite ! Elle me semble convenable et il aura intérêt à ne pas trop se montrer exigeant.

En revanche, me prendre de dos, s'avère plus compliqué. Toujours à genoux, je tente plusieurs postures, prenant quelques clichés mais sur beaucoup ma tête apparaît, soit en partie, soit en totalité. Je tente un dernier essai, pas trop mal réussi selon moi. Mes fesses sont bien en évidence et mon visage hors champ. Ça fera l'affaire !

En deux temps, trois mouvement, je suis de nouveau vêtue de mes quelques vêtements. J'observe une nouvelle fois les alentours pour être certaine de ne pas avoir été vue. Je retourne ensuite dans le salon et j'attends fébrilement le retour de monsieur Beaumont dans sa voiture pour être certaine qu'il n'a pas pu jouer de nouveau aux voyeurs. Celui-ci arrive juste avant le retour de ma mère et ça me permet de pouvoir me détendre.

Le reste de la journée se passe sagement, jusqu'au soir où une fois libre dans ma tête, j'en viens à revivre le moment où j'ai osé me mettre complètement nue dans le jardin. Sans être exhibitionniste, l'avoir fait m'émoustille quelque peu. Je l'apprécie davantage en souvenir que sur le moment. Les yeux fermés, je ne fais que penser à cet instant et je laisse ma main s'égarer entre mes cuisses pour me faire jouir. Cela me permet ensuite de pouvoir dormir.


Jusqu'à ce qu'il me contacte, je ne fais que penser à lui et à la crainte de son refus. Pourtant j'ai respecté notre accord mais il se révèle souvent si exigeant et je suis certain qu'il y prend un malin plaisir.

Au final, une fois les clichés envoyés, même s'il trouve dommage qu'ils n'aient pas été mieux faits, il valide pour cette semaine.

« J'attends mieux de toi la semaine prochaine. »

Je lui réponds que je fais ce que je peux mais que c'est plus facile pour moi en intérieur. Il se met à rire et me dit que ça ne l'intéresse plus. Il en veut plus dans mon jardin. J'imagine recommencer mercredi prochain, mais de là à les faire aussi oser que la dernière fois dans ma chambre, c'est trop risqué et je le lui dis.

« De toute façon, j'aimerais en avoir une de toi debout de dos, de la tête aux pieds. Et aussi de face. »

Je lui fais remarquer qu'en plein air, c'est compliqué de pouvoir le faire.

« Alors c'est moi qui prendrais les photos. »

À son message, je comprends que c'est non négociable. Je tente quand même, proposant plus de photos d'intérieur la prochaine fois mais il me dit non. Il rejette toutes mes propositions et menace de se servir des photos à sa disposition.

« Je ferai les photos avec ton smartphone et je te laisserai le mien si ça peut te rassurer. »

Il écrit au futur et non au conditionnel. Monsieur Dupré n'écrit jamais en SMS et il ne fait jamais de faute lorsqu'il tape. Il a dans l'idée que désormais, ce soit lui le photographe. L'idée ne me convient pas du tout et je lui fais savoir.

« Alors je te laisse le choix : soit je fais les photos et on se voit toutes les deux semaines, soit toutes les semaines tu m'en envoies au moins quatre photos de toi nue dans ton jardin. »

Je sais que si je choisis la deuxième option, il va finir par se lasser. Le risque est bien trop grand de me faire surprendre. En revanche, faire deux photos uniquement toutes les deux semaines, ça me laisse du répit et du temps pour réfléchir. Cependant, je lui révèle mes craintes de se faire surprendre et je lui explique que je ne veux plus coucher avec lui.

Il se veut rassurant, me disant qu'il connaît des coins tranquilles où personne ne passe jamais.

« Et ne t'en fais pas pour le reste car si on couche de nouveau ensemble, tu seras consentante. »

Je ne lui fais qu'à moitié confiance mais ai-je vraiment le choix dans ma situation ? J'ai beau réfléchir, je ne vois pas comment m'en sortir autrement. Si j'arrête, il va diffuser les photos sur son groupe privé Snapchat en révélant mon identité. Et Jérémy s'empressa de le partager à tout mon entourage...

Écrire à Thalia_Devreaux

Appuyez sur "Entrée" pour effectuer votre recherche