Vieux cochons !

Une saga de Thalia_Devreaux - 36 épisode(s)

< Épisode précédent
Épisode suivant >

6 minutes de lecture

Épisode 32 : Un sentiment amer

Alors que j'aurais pu mettre un terme définitif à ma mésaventure, j'ai décidé de profiter d'une semaine de tranquillité avant d'offrir à Patrick la réalisation de son fantasme. C'est agréable de pouvoir retourner à l'université sans se soucier de ce qui va m'arriver. Bien sûr, je garde un œil sur le forum pour contrôler le respect des différents accords.

Ce n'est que le lundi d'après que je rejoins mon dernier amant à la sortie de la ville, pour une ultime randonnée jusqu'à l'endroit sécurisé qu'il a prévu. Je me sens légère, guillerette, avec l'envie de prendre réellement du plaisir et de me laisser aller. Malgré la différence d'âge, il a un certain attrait et surtout, c'est mon sauveur !

Je regrette de devoir marcher à travers les bois, surtout qu'il fait chaud. Il souhaite parler sur le trajet, de choses banales et j'entretiens la conversation. Il n'y a plus cette tension comme au début. J'en ai fini avec tout ça. Je lui fais pleinement confiance, surtout que lui aussi revit depuis la fin de ce chantage abominable de monsieur Dupré. Je n'écarte pas l'idée que si un jour j'ai l'occasion de lui faire du mal, je le ferai sans hésiter.

Nous marchons plus de deux kilomètres avant de bifurquer hors du sentier balisé. Il connaît très bien cette forêt. Nous arrivons à un endroit désert, près d'une cabane abandonnée et condamnée. Quand je comprends que nous allons nous arrêter à proximité, je jette un coup d’œil dedans et autour, ce qui amuse Patrick. On n'est jamais trop prudent.

— On va se mettre de l'autre côté, en contrebas. On sera protégé par la cabane et par la végétation alentour.

Il n'a pas tort. La végétation est dense et je comprends que pour tomber sur nous, il faudrait nous chercher. Je me demande combien de fois le randonneur est venu près d'ici en imaginant ce qu'il pourrait faire avec une femme. Je suis certain qu'il a étudié les différentes possibilités de ces bois avant de trouver le coin parfait. Les fantasmes ont la vie dure, surtout quand on souhaite les concrétiser.

Je ressens une légère appréhension, assez habituelle dans ce genre de circonstances et également de l'excitation. Le faire en toute impunité dans les bois, ça a quelque chose de grisant. Surtout que pour une fois, j'ai envie de le faire. Je souris au randonneur, qui semble plus gêné que moi. Je retire mon haut, puis mon bas, pour ne rester qu'en sous-vêtements. Je le vois retirer ses affaires avec fébrilité.

Je m'approche de lui, lui laissant le loisir de me retirer les deux derniers vêtements que je porte encore. Il a mérité ce droit. Ses mains se baladent sur mon corps. Il caressent mes seins, mes hanches, mes fesses et mon intimité. Je mouille d'excitation et je lui laisse ensuite le temps de mettre un préservatif.

Je me retrouve à quatre pattes sur le sol, face à la nature, dos à la bâtisse, ainsi je peux contrôler les allées et venues si jamais il y en a. Il vient planter sa virilité fièrement dressée en moi. Je gémis sous les premiers assauts. Il prend son temps, tandis que je pense à l'endroit où nous le faisons, ce qui m'excite beaucoup. Effectivement, je comprends son fantasme et c'est appréciable de le faire en pleine nature.

J'ai l'impression qu'il ne met pas beaucoup de vigueur, comme s'il prenait son temps. Je tourne à peine ma tête vers lui afin de voir son visage. Il semble réfléchir. Je l'interroge à ce sujet.

— En fait, j'aurais une dernière petite envie.

Il continue de me prendre à faible cadence pendant que nous échangeons. Je crains qu'il ne veuille changer les termes de notre accord, mais rapidement il me rassure dans ce sens.

— Je n'ai jamais pratiqué la sodomie. J'aimerais savoir l'effet que ça fait, si tu permets.

Sa demande me prend de court. Je peux la comprendre après tout ce qu'il sait et qu'il a vu. Je sens que je pourrais refuser, qu'il n'insistera pas. Je ne sais pas si c'est la chaleur, le contexte, ou tout simplement par le fait que moi aussi j'ai envie de savoir ce que ça fait quand c'est par envie. Jusqu'à présent, j'étais plutôt contrainte.

Je m'avance quelque peu pour ne plus sentir son sexe dans mon antre. Je tourne ma tête vers lui et lui fais un hochement de tête en guise d'acceptation. Je regarde ensuite droit devant moi, me concentrant uniquement sur les sensations que je vais ressentir.

Patrick écarte mes fesses et pose son gland encapuchonné contre mon anus. Il presse légèrement l'entrée et son gland s'insère en moi plus facilement que je ne l'aurais cru. Sans doute parce que le latex doit être bien lubrifié. Je ressens une grosse vague de chaleur tandis qu'il s'enfonce de tout son long.

— On y est bien dans ton cul.

Il se lâche en paroles, ce qui me surprend. Il m'attrape par les épaules, me tenant fermement. J'entends des bruits autour de nous et je ne peux me défaire de son étreinte. Ce n'est qu'après que je remarque et comprends ce qui se passe réellement. Quatre hommes m'encerclent à présent. Les quatre contre lesquels je me suis vengée.

— T'as raison, papy ! S'exclame monsieur Dupré. Elle aime se faire enculer par des vieux !

Il se met à rire. Sa main droite tient le portable en avant, filmant tour à tour mon visage et mes fesses prises par le randonneur. À côté de lui, il y a mon voisin. Il a un grand sourire et le pantalon déformé à l'entrejambe, se mettant ensuite en face de moi. De l'autre côté, Marcel filme aussi la scène avec son téléphone et Raymond semble prendre des photos.

Je ne comprends pas ce qui se passe. Je pensais m'être débarrassée d'eux ! C'est en sentant Patrick commencer à me prendre l'anus que je réalise que nous n'avons pas été piégés ou suivis.

— Mylène, t'es vraiment la reine des putes ! Lâche de nouveau monsieur Dupré. T'as donné ton cul volontairement à un vieux.

— Mylène, on pourrait l'appeler « La pute pour vieux » ! Renchérit mon voisin.

Ils se mettent à rire. Les vieux cochons ! Je ne trouve pas la force de parler. Pire ! Je gémis sous les coups de reins de Patrick, comme le fait remarquer Raymond qui me dit que j'aime ça. Je ne tente pas de m'échapper. Je n'y pense pas, je n'en ai pas la force. Je me retrouve hébétée d'être au milieu d'eux cinq. Je ne comprends pas tout.

Monsieur Dupré vient se mettre face à moi, accroupi, bandant ostensiblement, continuant de tout filmer. Il a un sourire triomphant sur le visage.

— T'as cru que tu pouvais m'échapper ?

Il se met à rire.

— Du coup, si tu le permets, on va bien se faire plaisir.

Ils baissent leurs pantalons, révélant leurs verges déjà bien érigées. Patrick me tient un peu plus fermement, pas par crainte que je risque de m'échapper, car je ne fais rien pour ça, mais tout simplement parce qu'il se met à jouir. Son dernier assaut me fait pousser un râle qui excite les autres.

L'un après l'autre, ils mettent un préservatif avant d'insérer leur queue dans ma chatte pour mieux lubrifier le préservatif avant de venir me sodomiser et de se décharger. Le tout immortalisé par monsieur Dupré, en chef de tribu, qui garde son smartphone lorsqu'il vient se planter directement entre mes fesses, sans passer plus bas, d'un coup sec. Je pousse un râle et ça l'excite. Il filme la pénétration pendant un long moment avant de passer son smartphone à mon voisin. La suite, j'en garde un goût amer.

— J'aime quand tu couines pendant que je t'encule !

Humiliée, l'anus douloureux, des larmes coulant de me yeux, je crie pendant qu'il me ramone sans ménagement et sans s'en soucier. J'apprécie lorsqu'il se retire, même si c'est pour finir par me gicler sur les fesses. Je m'affale sur le sol, restant sans réaction. Je n'ai plus de force. J'ai l'impression d'être tétanisée.

Ils se rhabillent, sans vraiment s'occuper de moi, à part pour faire des commentaires salaces. Patrick me ramène mes vêtements. Je refuse de le regarder et j'ai failli le remercier. Je les remets un à un, avant l'approche de monsieur Dupré.

— Ma petite Mylène, il va falloir revoir les termes de notre accord si tu veux que tout ça reste secret.

Ils se mettent à rire. Je les déteste !

Écrire à Thalia_Devreaux

Appuyez sur "Entrée" pour effectuer votre recherche