Vieux cochons !

Une saga de Thalia_Devreaux - 18 épisode(s)

< Épisode précédent
Épisode suivant >

5 minutes de lecture

Épisode 16 : Une séance photo plus coquine

Les lundis se suivent et se ressemblent. Quelques averses éparses nous empêchent de pouvoir faire des photos en extérieur avec monsieur Dupré, ce qui m'arrange. Son sourire est à l'inverse du temps, enjoué. Son visage donne l'impression d'être un rayon de soleil avec ses lunettes sur le crâne. Il porte un polo rose de marque et un blue jean. Il tente de me mettre à l'aise, me proposant un café. Je décline son offre.

Nous ne sommes pas si intimes pour partager un verre. Je n'ai pas envie de faire la conversation. La séance photo suffit amplement. Je me dessape rapidement et il ne s'en plaint pas. Il prend son téléphone portable.

— Il n'y a plus d'intérêt à utiliser le tien puisque maintenant je peux photographier ton visage.

Il n'a pas tort. Et puis ça va me permettre de repartir rapidement chez moi, de ne pas perdre de temps à transférer les images.

Nue dans son salon, j'attends que la séance commence. Étrangement, je me sens moins mal à l'aise que d'habitude. Je ne suis pas certaine que ce soit parce que je m'habitue à ce genre de séance privée. De toute façon, j'ai besoin de cet accord pour gagner du temps. Je ne cherche pas d'explication pour le moment tandis que je le vois ravi, son sourire s'élargissant davantage.

Après une photo debout dans son salon de face, il m'invite à me pencher sur son comptoir de sa cuisine américaine, comme je l'ai fait lorsque nous avons couché ensemble. Mes avant-bras se posent sur le plan de travail froid mais ça ne calme pas la chaleur dans mon ventre. Mon hôte vient se placer sur le côté pour me prendre dans cette position avant de se mettre derrière.

— Deux ou cent photos, qu'est-ce que ça change ? Tant que ça reste entre nous...

Il me rappelle notre marché. Il n'y a plus de limite de nombre et j'accepte de tourner ma tête vers lui pendant qu'il photographie ma croupe. Heureusement, je garde les jambes serrées. Il me laisse faire et peut-être que c'est pour cette raison que je me sens émoustillée. Même s'il y a un côté malsain dans cette séance, être nue dans cette position à quelque chose d'excitant.

Il m'invite à aller dans son salon. Je m'assois sur le lit, comme une fille sage. Il immortalise le moment. Il aimerait que j'écarte les cuisses. Je refuse. Il me demande alors de me mettre à quatre pattes et j'accepte, regardant droit devant tandis qu'il prend trois photos, une de face, une sur le côté et une autre derrière. Je m'allonge ensuite sur le ventre, puis sur le dos.

Il bande ostensiblement depuis une bonne dizaine de minutes. Nul doute qu'il préférerait être plus à l'aise que dans un jean serré. Cela s'ajoute à mon excitation du moment. J'en oublie la raison pour laquelle je fais tout ça. Être prise en photo nue est assez grisant. Peut-être que je l'aurais fait un jour dans ma vie, dans d'autres circonstances, volontairement, un peu comme Stéphanie avec sa sextape mais sur le moment je n'y pense pas.

— Pour finir, j'aimerais que tu mettes ta main sur ta chatte, les jambes écartées.

Son côté cru ne me rebute pas et je ne suis plus à ça près. Je m'exécute docilement, ma main masquant ma fente, posée contre. J'ai l'impression que l'odeur de mon sexe moite se répand dans la pièce. L'humidité glisse de mes lèvres sur mes doigts. Je ressens un désir d'oser aller plus loin. Il prend la photo avec un sourire pervers.

— Tu meurs d'envie de te caresser alors fais-le.

Nous échangeons un regard sans que je bouge. Je suis toujours dans la même position. Il baisse alors son jean, révélant ainsi sa verge gonflée à bloc dans le boxer tâché au niveau de son gland. Il retire son bas et le sous-vêtement. Sa queue humide pointée vers moi me donne chaud. Il n'est pas loin de me faire envie. Une idée fuse dans ma tête.

— Nous pourrions coucher ensemble en échange de la suppression des photos ?

Il se met à rire, son sexe agité de soubresaut.

— Bien tenté ! Mais je ne vais pas mettre un terme à ce marché pour un plan cul alors que je peux avoir plein de photos de toi !

Au moins j'aurais essayé. Malgré son excitation, il reste lucide. Il pose sa main sur sa queue et la masturbe lentement. Il m'incite à faire de même et sans m'en rendre compte, mes doigts s'activent au niveau de mes lèvres, tournant autour du clitoris. Mes yeux rivés sur sa verge, faisant abstraction qu'il garde sur lui son polo et ses chaussettes, je me caresse sous son regard envieux.

Mon index s'imprègne de mouille, jouant à présent avec mon bouton. Il vient me rejoindre sur le lit après avoir pris une photo. Tant pis, l'excitation est bien trop forte pour me couper l'envie. Peut-être qu'en continuant ainsi, je vais l'inciter à me prendre et à changer les termes de notre accord.

Allongée sur le matelas, jambes écartées, je me fais du bien, doucement pour commencer, faisant monter la température de la pièce. Sa main gauche se pose sur un de mes seins puis descend en caressant mon ventre, le pubis avant de pousser ma main pour venir toucher mes lèvres. Je le laisse faire, ressentant l'envie de plus. Son index vient s'introduire entre mes lèvres avant de se retirer et de recommencer la manœuvre. J'en perds haleine, gémissant sans retenue.

Mes jambes se relèvent sous l'effet du plaisir procuré et il joue avec moi. Son pouce explore le haut de ma fente, à la recherche de mon mont de Vénus qu'il finit par trouver. Il active à peine ses sens que j'en viens à jouir...

Et tout s'arrête. Lorsque je redresse ma tête, je vois sa mine satisfaite, le téléphone entre les mains. Il me montre la dernière photo prise, son doigt inséré dans mon vagin avec mon visage en arrière plan. Je sais qu'il ne la supprimera pas.

— C'était une bonne séance !

Il se relève et récupère ses vêtements. Je me doute qu'après mon départ, il va se masturber en regardant les photos prises aujourd'hui. Quelque peu honteuse, je m'habille rapidement et je me dirige vers la sortie sans demander mon reste.

— À bientôt pour une nouvelle séance !

Sa voix guillerette contraste avec ma mine défaite. Car même si j'ai pris mon pied, je préférerais que ce petit jeu s'arrête. Je vais devoir trouver rapidement une solution...

Écrire à Thalia_Devreaux

Appuyez sur "Entrée" pour effectuer votre recherche