3 minutes de lecture

"Vous avez un message"

Merci à ma douce pour sa participation si sensuelle cet après midi, et sa permission de publier ce qui suit

Elle était au travail, devant son ordinateur, tout comme lui, là bas, si loin, et depuis quelques minutes il la taquinait, lui enflammait l'imagination. Elle se disait déjà humide de désir, à la suite de ces mots, accompagnés de photos osées prises du net.

"Je glisse ma main dans ta culotte pour en toucher l'humidité, et t'embrasse en même temps"

Elle le trouvait polisson, et le lui dit.

"Tu veux mes doigts en toi? tu veux qu'ils écartent les replis de ton sexe, et qu'ils s'enfoncent doucement mais surement dans ta chatte? Tu veux que de ma main libre je déboutonne ton chemisier, que je tire sur ton soutien gorge pour dévoiler tes magnifiques seins, et tes tétons sans doute déjà gorgés de désir?"

Elle s'imaginait ainsi, les seins dénudés, le sexe pris d'assaut par ses doigts. Elle avait envie de sentir ses doigts jouer en elle, qu'il sorte ses tétons pour les goûter et les mordiller délicatement.

"tu voudrais ma langue qui frôle tes tétons, ma bouche gourmande qui les dévore, mes dents qui les taquinent? Et en même temps mes doigts qui te bouleversent, qui te chavirent, qui te pénètrent et s'imposent en toi?"

Les mots la bouleversaient, elle voulait gémir, dire oui à tout ce qu'il proposait, mais elle était assise à son bureau, dans un bel émoi. Elle voulait vibrer par lui, qu'il la fasse sentir femme, remplie de désir, prête à exploser.

"Et si je prenais sur ton bureau tes ciseaux, que je coupais ta culotte, et que je te basculais, cul nu, chatte trempée, seins à l'air, sur ton bureau?

Que tu sentes mes mains sur ton fessier, mes doigts sur ton sexe, tantôt dehors, frôlant à peine, avec légèreté, tantôt dedans, dominants, conquérants?

si tu me sentais m'agenouiller derrière toi, et que ma langue venait remplacer mes doigts, que ma bouche venait remplacer mes mains dans ce ballet de caresses?"

Elle répondit qu'elle adorerait, qu'elle avait envie de sentir sa bouche, sa langue, jouer sur son sexe, sur son clitoris.

"Et si de temps à autre une claque resonnait sur tes chairs, contrastant avec la douceur de ma langue? Et si je me relevais, que tu sentais mon gland dur et sec frotter contre l'humidité de tes lèvres intimes, si d'un geste d'autorité j'écartais tes cuisses?

si ma queue rentrait en toi.. voudrais tu que ce soit doux et lent, ou d'un seul coup?"

Elle imaginait, au plus féminin de son corps, le sexe mâle rentrer, de façon douce et lente d'abord, ressortir à l'identique, puis rentrer à nouveau, d'un seul coup.

"Mes mains qui agrippent fermement tes fesses ou tes hanches. Les mouvements de nos bassins et les corps qui s'entrechoquent, qui s'emboîtent"

En le lisant, elle avait l'impression de ressentir les claquements sur son fessier.

"Et ma main qui remonte sur ton dos, qui caresse tes cheveux ou s'en saisit, mon corps qui se penche sur le tien, et des mots d'amour totalement impudiques que je susurre à ton oreille..."

"Murmure à mon oreille des mots d'amour impudiques..." L'avait elle dit, pensé trop fort, rêvé seulement, cette phrase? Elle ne savait plus. Où s'arrêtait le virtuel, où commençait le réel?

"te dire que j'aime être ainsi enfoncé en toi, que ma queue se sent si bien au fond de ta chatte"

Elle envoya une photo d'elle, de son visage aux joues rougies par le désir, aux yeux plein d'envies charnelles.

"que j'ai envie de rester là, bien au chaud au fond de toi"

Oh oui, reste dans ma chatte, pour que je te sentes bien dur au fond de moi

Elle avait l'impression que n'importe qui aurait pu lire ses pensées totalement impudiques sur son visage, pendant qu'il continuait à lui écrire

"te dis que j'aime te baiser, te prendre, te posséder et être totalement à toi, totalement en toi"

Comme elle aurait voulu qu'il soit là, réellement, qu'il la prenne!

"j'ai envie de jouir en toi, que tu sentes mon sperme se déverser entre tes cuisses, que nos jus se mêlent"

Elle lui répondit ceci

"Sentir ton sperme chaud en moi hummm et que ton sexe soit couvert du mien"

Et sa réponse à lui ne se fit pas attendre

"j'adore cette phrase "que ton sexe soit couvert du mien".... J'espère l'entendre de ta bouche un jour en live...et te voir rougir comme sur ta dernière photo, la bouche entrouverte, prête à m'accueillir."

Elle rougit d'autant plus, devant son écran. Le téléphone sonna. Elle dut reprendre son travail, l'entrejambe trempé, le coeur battant, et l'esprit ailleurs, attendant le lendemain et ses prochains échanges torrides, leurs retrouvailles malgré la distance.